Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “voix

Une voix, la mienne, la tienne…- ( RC )

after modern art-010.jpg

Une voix, la mienne, la tienne…

le tout enfermé dans des mots .

Ceux qu’on peut lire, parlent tous seuls
( je ne sais pas avec quel accent ).

Une voix, la tienne, la mienne

le tout enfermé dans des lettres qu’on ne lira pas :
peut-on dire malgré tout qu’ils parlent en silence ?

RC – nov 2017

Publicités

La voie du puits – ( RC )

( la voix devient la voie )

J’ai entendu la voix du puits,
Je me suis approché de la margelle,
Il y faisait un noir de suie,
C’était sans doute ton appel.

Comme un faible message,
Venant des profondeurs,
Le cercle étroit du naufrage,
De ton ancienne splendeur…

Je me suis penché, mais pas pour boire,
Il y avait au fond, un rond clair,
Perdu dans tout ce noir,
C’est peut-être que tu espères

Que je vienne à toi ,
Que je perde l’équilibre,
Et que je me noie,
Afin te rendre libre …

Ainsi je prendrai ta place,
Pour de bon,
Je regarderai les nuages qui passent,
Par le petit trou rond.

De temps en temps, ton image,
Se penchera sans regret,
Pour évoquer mon visage,
Caché sous les reflets.

Tu descendras le seau,
Qui plongera sous la surface,
Je donnerai ce goût à l’eau ,
Comme si elle venait de la glace.

Tu boiras à ma santé,
En faisant réchauffer mon âme,
Avec un peu de thé ;
Attendre n’est pas un drame .

Tu as patienté des années,
Que revienne le jour,
Personne n’est damné…
A chacun son tour …

RC – mai 2015


Un ciel couleur orangé, progresse à cheval sur le vent – ( RC )

 photo perso - Bages.  Aude
photo perso – Bages- Aude

Un ciel couleur orangé,

Progresse à cheval sur le vent.

Ce sont les premiers frissons d’octobre,

Les nuages s’effilochent,

Et déjouent le parcours des branches,

On les dirait emportés,

Echarpes légères,

Vers un matin qu’on ignore encore.

 

Celui d’un cœur que l’on sonde,

Et qui bondit , dans l’attente,

D’une sonnerie du téléphone …

Il me dirait ta voix chantante  .

Quand elle me parvient,

Je me sens rassuré,

C’est une  étoffe douce,

Qui m’enveloppe.

 

Oui, je regarde le nouveau jour,

Et , une tasse de café à la main,

La nuit finit par disparaître,

A mesure que je la bois .

Je te verrai demain,

Est-il possible que le bonheur,

Me rejoigne enfin ?

Comme il t’enveloppera …

 

Un nouveau matin,

Encore, et tu seras là,

Baignée de lumière orangée

De la tête aux pieds.

RC – sept  2014


Des instants, enrobés de l’épaisseur inconnue de la nuit – ( RC )

sculpture perso:  "le petit dormi"...  relief  inclus  dans un façade. (pierre)

–         sculpture perso:           « le petit dormi »… relief inclus dans un façade. (pierre)

 
Il y a des cloches qui tintent à la volée,
Elles résonnent en silence,
Répondent aux instants,
Enrobés de l’épaisseur inconnue de la nuit,
Quand nous marchons tous deux
Dans la voie mystérieuse du sommeil .

Ce qu’il reste d’une fête qu’on ignore …
Des regards plongés dans une profondeur,
Dont on ne sait plus rien,
Tournés à l’intérieur de notre être,
Fenêtre discrète du coeur.

Nous portons l’oubli dans notre esprit,
Et la beauté de la neige immaculée,
Que l’on découvre au matin,
Accordée à la musique de ta voix,
Quand je me réveille,
A tes côtés.


RC – sept 2014


Ne cherche pas l’extinction du soleil derrière ton regard – (RC )

jardin+zen1

Comme, malgré toi,
Tes paupières se ferment,
Pour ouvrir, les portes de la nuit,
Ne lutte pas contre les éléments

Ne cherche pas l’extinction du soleil
Derrière ton regard,
Désormais séparé
De la courbe de la terre

Ecoute plutôt les voix,
L’envers d’un épiderme
Se fondant sans bruit,
Au coeur du firmament.

Voyageant dans le sommeil,
Les oiseaux traversant la mare,
Ne se sont pas égarés ,
Au jardin des pierres .

RC-  février  2014

( inspiré par un court texte  de Sylvaine Diet )

fiction du jardin zen en "nocturne"

fiction du jardin zen en « nocturne »