Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “verre

La maison de verre – ( RC )

maison-de-verre-Le-Cirva-au-Musée-Cantini-Marseille-slide.jpg

sculpture J-Luc Moulène –  » for birds » ( verre moulé et cage  – CIRVA  Marseille)

 

Et ce sera un sortilège,
la maison serait transparente,
donnant sur les prés
les branches qui se balancent ,
au-dessus du toit .
On verrait à travers elle :
de l’autre côté
se continue l’horizon.
Les plus hauts murs
et le fouillis des villes
m’ignorent .
Les pierres sont lourdes et tranchantes ,
le désert est ailleurs.

Le vent se lève et berce les étoiles,
mais je ne m’en aperçois pas .
Je suis dans la maison de verre :
elle voyage, lovée sur elle-même,
n’a que faire des pluies et
des écharpes de brume .
Les tempêtes n’arrivent pas jusqu’à moi.
La maison est close, les portes
ne s’ouvrent pas .
C’est un lieu à l’écart du monde,
une bulle, une fenêtre tout entière,
Malgré qu’elle n’ait pas de barreaux.

Je n’en sortirai pas.

RC – juill 2017

Publicités

cacher quelque part ,la chair pâle, l’habit sombre – ( RC )

photo: Ekaterina Grigorieva

Vois-tu à travers les  feuilles ?
Comme dans un verre grossissant ?
Une envolée de l’être,
Qui se dresse au milieu des fougères,
Au point de se                       confondre,
Avec la végétation.
Dans les sous-bois humides.

La salsepareille progresse,
Et ses larges coupelles,
Sont autant d’occasions,
Pour cacher       quelque part,
La chair pâle,
L’habit sombre,
Et peut-être            les abandonner      …

Comme  si l’humain s’enracinait,     de même
Dans le limon du sol,
A rester  debout,
Attentif au mouvement des saisons,
Aussi discrètement         que le peuvent,
Les plantes,
Allant  chercher  la lumière.


RC- avr  2015

 

(texte  directement créé à partir de la photo jointe )


Les oiseaux glissent, sans comprendre -(RC )

peinture: Esther Margraf

image:          Esther Margraf


Ce sont des oiseaux,
dont on perçoit le vol,
Grâce à leurs ombres
On ne les voit pas, même s’ils sont enfermés,
Sous le couvercle duveteux des nuées  .

Une lumière tourne, et clignote.
Ou plutôt plusieurs,
Ce seraient des projecteurs artificiels
Projetant les ombres,
Comme déchirant le silence  .

Ou des objets bizarres  aux éclats métalliques,
Car même les fleurs ont des couleurs,
Ne semblant pas à leur place :
…Même si on les coupait,
Elles ne faneraient plus,

Ainsi le monde, prisonnier d’un boule de verre,
De celles que l’on remue,
Pour faire  tomber la neige.
Les oiseaux glissent, sans comprendre,

Ou parfois  s’écrasent
Sur ses parois lisses .
Tous les jours on ramasse des boules de plume,
Le bec figé dans un cri.


RC-  oct  2014

photo :  Arthur Tress         Flying Dream, Queens, NY, 1971


Saisi par le reflet – ( RC )

photo:         Mary Crandall

C’est ainsi que le regard s’égare,

C’est peut-être trop tard,

Mais y a , ces images,

Aux fenêtres du train,

Qui reflètent les nuages,

Comme une vitre sans tain.

Je distingue à peine ton visage,

Proche et pourtant lointain,

Comme déjà en voyage,

Diluant ton être,

Derrière de futurs kilomètres,

Avalé par le flux.

L’ensemble, saisi par le reflet,

Déjà nous sépare,

Je ne te vois plus…

De ton départ, je ne suis pas prêt ;

Et je reste hagard,

Sur le quai de la gare .

– Derrière la paroi de verre,

Ma bouche, porte un sourire amer

Tu fais des signes – il me semble

D’adieu,—– en gardant l’air digne .

Appuyé, sur ma main,          elle tremble.

Je te réponds par signes….

Quand doucement, le train glisse…

Puis      lentement             s’élance

Je le suis, un temps,

>          Quelques pas en avant, —          

  »    au revoir, mon fils… ! »

Et puis,                            c’est le silence.

RC   –  novembre  2013 –