Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “vagues

Des paroles que je n’ai peut-être même pas prononcées. – ( RC )

sables  l'Espencier01.JPG

Il est des temps
où la mémoire s’enfouit :
les pas sur le sable
s’effacent avec les vagues,
et c’est comme si,
de la parole des choses,
peu de traces demeurent.

Le pot de terre
à peine visible sous les herbes,
et la jungle végétale        ;
le temple bâti pour l’éternité,
dont les pierres sont englouties
par les racines,
et mes paroles, aussi
parties au gré du vent.

Qui sait s’il me les rendra.
Je ne les ai peut-être
même pas prononcées.
D’autres les recouvrent.

Le soleil est soluble
dans un verre d’eau,
et les années, bien peu de chose
en regard de l’éternité.
L’immobilité tourne les pages :
rien ne la trouble.
Rien n’a jamais existé.


RC – juill 2016

Publicités

Où es-tu ? – ( RC )

Falkenstein Claire  Gate  pour  le palais Venier 1963 Boston mus .JPG

Art: Falkenstein Claire  Gate  pour  le palais Venier 1963

Tu vois,   j’ai poursuivi un amour
comme  l’aurait fait un pêcheur,
à travers      les eaux  du silence .
Je n’avais pas de filet,
juste mes mains  nues,
et un corps qui dérive
au fil du courant.

Et c’est une  évanescence,
un éclat argenté,
la fulgurance  d’un instant
qui m’a approché.
Mais, comme on ne saisit pas les couleurs,
toi,      la femme-poisson
a filé d’entre mes doigts.

C’est un songe d’ eaux profondes ,
Une  sirène y habite,
le chant d’un printemps,
s’y est éternisé,
mais j’avais besoin de terre ferme ;
j’ai dû y retourner,
et quitter le rivage.

Les vagues lointaines
se poursuivent,
en étendues changeantes,
des glaces jusqu’aux tropiques;
Leur immensité
forme une  énigme ,
qu’interroge surtout la solitude .

RC – avr 2016


Emportée, ma dame blanche – ( RC )

h--cimt   - 0000      D8s.jpg

Il ne pleut pas le soir,
 (  Celui qui rime avec espoir… )
— Ce ciel n’est pas  étanche,

Et sombre,       en vagues blanches…
La bien-aimée voguant dans les  draps,
Blancs,         comme le sont mes bras….

Le jardin d’amour  m’attend,
Et ,         tout au fond,   le banc,
Où nous nous reposions,

Maintenant ,    sous l’épais coton.
Quand, sous la neige, tout  s’efface,
Et que le vent , lentement, l’amasse.

Je t’ai portée ainsi, contre ma poitrine,
En robe  diamantine
Parée de frissons…

…           Tombent les flocons .
Il ne peuvent  traduire,
Dans ce poème,     ton sourire.

Qui lentement,          s’éteint
Alors que je  t’étreins
Juste aux portes   du vertige .

Puis,       quand il se fige ,
Je sais  que  tu vas t’enfuir
Dans  des souvenirs

…     qui n’ont pas de  fin,
Le long des matins   ,
Où tu ne sentiras plus le froid…

Il est un sentier  étroit,
Qui mène        au pied du grand arbre  …
La neige a recouvert aussi la dalle de marbre.


RC  – nov  2014


Ce qu’on ne voit plus – ( RC )

Image: Stephane Perraud- Galerie de Roussan

 

Si tu voyages  sur ma page blanche,

Tu y percevras  toute  l’épaisseur  des phrases,

Qui s’y sont déposées,

Au fil des années,

Et que j’ai inscrites,

d’encre sympathique  ;

 

L’écriture retournant sur elle-même,

Se recouvrant et s’effaçant,

Au fur et à mesure,

Comme de nouvelles vagues,

Posant leur trace  sur le sable,

Effacent le souvenir des anciennes.

 

Bien sûr la page n’a pas de mémoire.

Tu ne feuillèteras  qu’un cahier vierge,

A la marge un peu diluée,

d’une  buée rosée.

 

L’expression nous dit,

Qu’il faut lire entre les lignes.

 

C’est  sans  doute possible,

Mais  si tu n’y vois rien,

Tu pourras juste supposer,

que l’essentiel est ailleurs,,

Que les paroles  s’envolent,

Et les  écrits  …  aussi.

 

RC –  juin  2014


Le sentier lumineux du promenoir – ( RC )

photo:             Ribena Wrath

Mes mains se sont incrustées dans ta peau,
Et ton corps qui divague,
A la mer aux mille vagues,
Je suis un bateau…

J’ai le coeur qui flanche,
A graver sur l’océan, mon sillage,
Quand aux termes du voyage,
Tu ondoies aussi des hanches,

…Si c’est basculer dans l’oubli,
Après le parcours les collines,
Les doigts accrochés de senteurs salines,
Aux ondes plissées de ton lit,

Quand le désir                   se repose,
Il n’a ni commencement,    ni fin ,
Mais ressuscite,         tout à sa faim,
Il nous combine,       et superpose …

Ma bouche               garde en mémoire,
Le goût de la passion,            en fruits,
Toujours présent, au coeur de la nuit,
>        Sentier lumineux de promenoir.

RC – mars 2014


Juste avant la falaise – ( RC )

peinture  Claude Monet…  falaise dans le pays de Caux (  Dieppe )

Ce sont toujours les mêmes,

Ou bien les semblables,

Ces vagues qui viennent

Au pied de la falaise, insaisissables.

 

Ces vagues dont le choc palpite,

Résonnent au pied de la maison,

Celle que nous avons construite,

Ouverte sur l’horizon.

 

Te souviens -tu , amie

De la couleur, des murs

Que nous avions choisie,

Azur , comme celle d’un temps pur ?

 

De celle de la côte anglaise

Et le pré suspendu avant de chuter,

Juste avant la falaise,

Sous laquelle nous aimions nous promener ?

 

Mais le sourire s’en est allé,

Les couleurs ont perdu leur fard,

Avec l’arrivée de nuages, blafards ;

Et le gris s’est installé.

 

En couvrant de tristesse,

La maison où je vis seul,

Aux fenêtres, les rideaux linceul,

Que les vents pressent.

 

Cette maison au regard livide,

Vit maintenant sans tes caresses,

Quand, à l’envol des promesses,

Répondent les pièces vides…

 

Les volets battent sur la façade,

Les herbes se courbent sous un vent rude,

Les arbres, – d’abandon et de solitude,

Toutes les teintes sont devenues fades.

 

Face à la mer immense,

C’est comme un défi inutile,

Notre maison est comme une île,

Livrée à l’assaut des flots, sans défense.

 

Chacune des vagues pèse,

Ainsi, la côte recule,

Ainsi, mon cœur . Il bascule,

Et sera emporté aussi, au pied de la falaise.

 

Il suffit d’un jour de tempête,

D’un ouragan de rage,

Emportant tout sur son passage,

Et même les peines secrètes.

 

Je vis en terrain instable,

La mer peut bien venir,

Et tout recouvrir,

Comme un fragile château de sable.

 

RC – 8 décembre 2013