Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “univers

Où dorment les saisons – ( RC )

C’est un voyage immobile,
où les saisons dorment.
Les matins tournent sur eux-même,
et remontent l’obscurité,

mais le temps ne parle pas aux plantes,
les fenêtres restent ouvertes,
sur un horizon où les montagnes
ne changent pas de couleur .

J’attends que les choses se bousculent.
Il faut juste un mouvement du poignet,
et forcer parfois sur les crayons,
pour que l’aube se change en jour,
         que l’univers se mette en mouvement.


RC – avr 2017

Publicités

Celui qui vole, détaché du monde – ( RC )

photo David Maisel

                         photo          David Maisel

 

Pour celui qui vole,

L’esprit détaché du monde,

La terre est un jardin,

Aux champs bien peignés,

Les rivières dessinent,

Des méandres sympathiques,

Les autoroutes, s’amusent

avec des échangeurs en boucles,

Les voitures sont des puces,

progressant péniblement…

On ne distingue plus les détails,

Ont-ils une importance,

Au regard de la distance ?

 

C’est peut-être aussi la brume,

Ou les fumées des usines,

Une carte se déroule,

Une vue du ciel aplanit tout  :

Le soleil pourchasse les reliefs,

Et pourtant souligne les formes,

Mais mélange les ombres,

Je ne vois plus très bien ….

C’est peut-être que la vue faiblit,

Je devrais commander une paire de lunettes,

Pour y voir davantage.

 

Mais là n’est pas ma passion,

Les satellites espionnent bien mieux que moi,

Je préfère m’occuper d’autres planètes,

Elles aiment me confier leurs secrets,

Leurs couleurs et leurs paysages,

Et guider mes pensées.

 

Un jour je débarquerai,

Sur une planète vierge

De la mémoire lourde des hommes ,

Où tout sera à construire.

Alors, je rangerai mes ailes …

Mais il me faudra un certain temps encore.

Les chemins de l’univers présentent

bien des détours

et des surprises,  encore.

RC-  fev 2015

 


Une faible empreinte sur le sable – ( RC )

 –

 

 

A la vie, à la mort,
C’est le fruit du hasard,
Qui nous mène quelque part,
A bon port.

Qui a décidé de ma naissance,
A me savoir condamné,
A suivre ces années
Avec l’encre des sens ?

Je laisse sur le sable
Une faible empreinte,
Une trace peinte,
Si j’en suis capable…

Avant de m’effacer,
Je dépose à même le sol,
Juste quelques paroles,
Que le vent va chasser .

Si tu me croises un jour,
Lors d’une brise légère,
Toi, fleur primevère,
Tu verras mon contour,

Tracé de quelques mots,
Sur quelques pages,
Une sorte de camouflage ,
Derrière un rideau.

Et si tu le soulèves,
Tu liras peut-être
Quelques signes, une lettre,
Et la part de mes rêves.

Alors tu pourras décider,
D’une reconstruction,
Lancer des suppositions,
Avoir de moi une vague idée ,

Et partager bien sûr,
Une infime part de l’univers,
Cachée dans la lumière solaire ,
Et ses boucles d’écriture.

RC – avril 2014

 


Anne-Marie Kegels – Je t’aimerai sans toi…

peinture: Karel Appel  1958

                     peinture:      Karel Appel 1958

 

 

Je t’aimerai sans toi. ne me fais jamais signe.

Un ajonc peut flamber sur la lande à midi,
solitaire en son mal et seulement nourri
d’argile avaricieuse au bout de sa racine.

Enterre au fond de toi mon nom ensommeillé.
Reste plus ténébreux qu’un buis de cimetière.

Je t’ai volé jadis les neiges de janvier
et j’ai coupé sur toi mes plus hautes javelles.

Va, ressemble à un mort.

Debout dans mon désert
je sens bouger en moi des foisons de semences.

L’amour qui te cherchait dans sa famine immense
t’a dépassé enfin et brûle l’univers.

Anne-Marie Kegels Haute Vigne, 1963