Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “train

Une salle d’attentes – ( RC )

fo-tfglia .jpg

 

Comme  la trace  des mains  négatives,
où la couleur cerne la présence,
En creux , le sillon de la mort,
le vide ,tracé,      de l’absence,

Une chambre des échos,
où se perdent les pensées,
celles d’une immobilité
jamais voulue,

cartes postales jaunies,
buée opaque sur la vitre
où apparaissait ton visage,
sans même  songer aux pourquoi,

.. mais juste  ce froid… :
C’est une salle  d’attentes
aux fenêtres jamais ouvertes.
Aucun train ne s’arrête pour moi.


RC – nov 2015


Le dessin blanc – texte 2 – Cheval du Wiltshire – ( RC )

Art préhistorique – âge du bronze :           cheval de Cherhill ( Wiltshire, England)

Le dos  tourné  au miroir,
les images  se reconstituent,

Au détour une vallée;
Le train s’obstine,

sur  sa voie  étroite,     à voguer
au sein de paysages paisibles .

L’éprouvante chape  des nuées  ,
se pose toujours
 
sur les collines du Wiltshire .

Sa sombre autorité,
cède parfois au tracé blanc,
>     une découpe  de craie,

Où un cheval s’est posé,
étourdi  du destin  :

La marque imprimée des hommes
Garde le mystère intact,

d’une chose plus ancienne,
que le passage du temps.

s’il fallait suivre les crètes
Observées du ciel,
Comme  le font les oiseaux,

Ce serait le défilé des siècles,
inscrit  dans le mouvement,
Toujours suspendu

Des grands chevaux blancs…

Le train, lui,         vite disparu,
comme s’il n’avait jamais existé.

RC- mars 2015


Saisi par le reflet – ( RC )

photo:         Mary Crandall

C’est ainsi que le regard s’égare,

C’est peut-être trop tard,

Mais y a , ces images,

Aux fenêtres du train,

Qui reflètent les nuages,

Comme une vitre sans tain.

Je distingue à peine ton visage,

Proche et pourtant lointain,

Comme déjà en voyage,

Diluant ton être,

Derrière de futurs kilomètres,

Avalé par le flux.

L’ensemble, saisi par le reflet,

Déjà nous sépare,

Je ne te vois plus…

De ton départ, je ne suis pas prêt ;

Et je reste hagard,

Sur le quai de la gare .

– Derrière la paroi de verre,

Ma bouche, porte un sourire amer

Tu fais des signes – il me semble

D’adieu,—– en gardant l’air digne .

Appuyé, sur ma main,          elle tremble.

Je te réponds par signes….

Quand doucement, le train glisse…

Puis      lentement             s’élance

Je le suis, un temps,

>          Quelques pas en avant, —          

  »    au revoir, mon fils… ! »

Et puis,                            c’est le silence.

RC   –  novembre  2013 –