Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “tableau

le dessin blanc – texte 1 – Je ne peux plus rien dire – ( RC )



Il n’y a plus de veines  bleues,
Le sang  s’est échappé: il a figé
Tout autour de mes  cheveux, et sur le sol,
Et sur les brindilles …le tout mêlé..

C’est un tableau qui en principe,
Ne s’encadre pas.
Le rouge virant au brun,
puis au presque noir

Ou si on le fait, on pourra ajouter
La trace de mon corps,
quand il s’est  écroulé,
Souligné  d’un épais  trait blanc .

Il y a juste sa trace en négatif.
On ne pouvait le laisser tel quel,
Ou le punaiser
comme un papillon,

Sur les murs du musée :
On n’a pas encore prévu de dispositif
Assez performant pour le conserver
Sous les lumières des projecteurs .

A l’emplacement  du visage,
Une mauvaise photo d’identité
Pourra  faire l’affaire,
Et pour rappeler le contexte

Ou l’inventer,  –   selon .
Ce sera quelques  feuilles,
de la mousse,
Ou un mégot  écrasé.

Pour faire un peu plus vrai,
On n’oubliera pas quelques indices,
Des photos explicatives
( si possible : des gros plans )

Assortis de flèches,
et entourées de rouge ;
Les rapports de police,
Et ceux de l’autopsie seront fournis.

Le jeu consiste
A deviner l’arme du crime.
On ne l’a pas encore retrouvée.
Peut-être un des visiteurs l’aura-t-il sur lui…

Je suis  désolé ;
Je ne peux pas vous aider.
Ç’aurait été avec plaisir,
Mais vous avez compris…

Je ne peux plus rien dire.


RC- mars  2015

pour rappel, un autre  texte  avec le titre  « le dessin blanc » existe  sur le site, mais  dans un tout autre contexte

Publicités

Des yeux vagues, une page vide – ( RC )

image: montage  perso 2013

                              image: montage perso 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est  d’une  autre année que je parle.
On y entendait           une musique;
On y voyait des accords de couleur.
Tout y composait un tableau,
Ses ambiances  et ses lumières.

Je ne pourrais  dire         s’il était beau.
Ce serait plutôt à toi       de le  décrire;
Mais      …  je ne suis pas dans tes yeux,
Dans ce que tu percevais    de l’orchestre,
Et des frémissements du coeur,

Avant que la brise
N’agite les rubans,
Et que s’envolent les chapeaux.
Tu descendais le vallon,
Parmi les herbes hautes  et les  fleurs.

C’était alors un printemps  avancé,
Et pourtant des nuages serrés pointaient à l’horizon.

Je te vois maintenant,
Immobile                 et indifférente,
Et il semble  que ta mémoire     se heurte,
Aux murs clos d’une chambre,
Les rideaux            fermés à la lumière.

De tes yeux vagues,   tu contemples,
Ce qui semble             une page vide,
Et les gestes sont  difficiles.
Ils ne se referment même pas
Sur ton passé.

La musique         y est inaudible ….
Ou alors ,           a-t-elle été aussi,
Emportée               par le vent  ?

RC –  sept  2014

 

 


Robert Walser – Les bonnes gens

 

peinture: Paul Klee petite pièce, à Venise 1933

 

Les bonnes gens

Ainsi les bonnes gens sont déjà mortes ?
Non, non, ils vivent encore, je le sais
fort bien, mon petit doigt me l’a dit ;
toutefois ils me semblent bien disséminés
comme les fleurs que le vent emporte
et disperse tout alentour
comme des vagues.- Est-ce ainsi ? Je peux bien
me tromper, et comme j’aimerais bien
me tromper. L’un ici, l’autre
là-bas, et chacun solitaire, tous
abandonnés, parce qu’il ne reste plus
aucun lien ? Quel tableau
je peins là qui ne peut me réjouir ni
te revigorer ? Allons ce n’est
certainement pas ainsi, et tous habitent
ensemble, sont unis le plus
amicalement du monde, se donnent la main
et se regardent, et au-dessus d’eux
il y a d’adorables nuages blancs
et flotte un bleu clair et frais,
et les vents les poussent tout autour
des étoiles qui sont conçues et voulues
si magnifiquement, et leurs cœurs
sont calmes, et les âmes nobles
emplies d’une patience
toujours égale, et verte est la contrée, et
sainte l’étoile. Jours et nuits
sont comme frères et sœurs, soleil et lune
comme des amants, et tout, tout
est amitié. Les plantes ont des yeux,
parlent avec les hommes, et ces derniers
sont comparables aux fleurs par la profondeur et
la sereine prospérité. Mais où cela se trouve ?
Comment s’appelle ce pays ? Comment peut-on
le trouver ? Regarde juste devant toi
et tu le vois, car les bonnes gens vivent en fait
partout encore, et celui-là connaît la beauté
qui la porte en lui-même.

 

 

Robert W