Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “sang

Des êtres qui mangent les étoiles – ( RC )

–     Yuri Gagarin 20858624620.jpg

Ce sont ces êtres

qui mangent les étoiles,

leurs dits de poètes,
sont comme des comètes,
qui voyagent dans l’univers,
et finissent par retomber
après avoir enfanté
des lucioles,
des rêves d’enfance,
et quelques graines de folie.

Il y en a qui
nous ramènent les pieds sur terre,
qui nous parlent de la guerre,
rappelant que les larmes
ne sont jamais très loin.
Ne leur en voulez pas,
s’ils font tourner les galaxies,
à l’envers.
Leur sang est de fleurs
et de soupirs.

Pourquoi sont-ils
toujours ailleurs,
dans l’échelle des valeurs
et si bon marché ?
C’est que les mots
appartiennent à chacun,
que tout le monde peut les prendre.
Ce sont des diamants accessibles
qui, malgré les apparences
ne sont pas à des années-lumière.

Pour voyager avec eux,
il n’y a pas besoin de fusées,
d’engins interplanétaires :
leur écriture est un mystère,
un voyage initiatique,
le jeu des images,
des métaphores et raccourcis,
nous emporte dans leurs écrits.
Pour voyager avec eux,
il suffit de les suivre .


RC


Alchimie patiente des mots – ( RC )

-parapluie

Peinture en duo avec J Hemery 1998

 

Assis au bord de son âme,

C’est une plongée dans le pourpre,

L’ombre, le sang

L’ âpreté des non-retours   ;

 

S’il faut chercher dans la succession des saisons,

De quoi fondre le secret des paroles,

Celles qui            quelques instants avant,

étaient tues…

>        Alors, de quelques pierres lourdes,

Et papiers froissés :

Faire naître les ors…

Alchimie patiente des mots ;

Ils se tissent les uns aux autres,

Restituent comme une naissance du jour,

Doigts de lumière posés sur le monde.

RC – juill  2015


Nous étions les mêmes, mais le jour et la nuit – ( RC )

Image associée

J’ai aimé les jours,                    j’ai aimé la nuit.
J’ai brassé la matière, je me suis nourri du vent .

J’ai découpé l’ombre avec le couteau de lumière,
Celui-ci m’a perforé les paupières.

Et de leur fente,                   l’or dépensé
D’une nuée ardente,     alors je t’ai vue.

Tu embrassais la nuit, tu étais l’âme des jours .
Tu as pénétré la mienne,    suspendu le temps.

Nous avons chevauché       la peine et le sang
Et aussi les rayons du soleil.

Nous étions les mêmes,  mais le jour    et la nuit,
Ceux que tout oppose           mais se répondent,

Comme l’ombre à la lumière ,
justement .

RC – fev 2016


une sorte  de   » réponse », au texte de   Sophie Brassart     De peine et de sang

Un seul rayon de soleil /étrange sur les paupières
Sur le goudron fondu on marchait
On cherchait les fruits sur la mousse fine et
Tout l’or des pensées
Nuée ardente elle chantait
Elle hante
Feu sur la matière et feu sur le temps
apidaire
Elle goutte/ une phrase visqueuse de peine et de sang.


La solitude du pin – ( RC )

Afficher l'image d'origine

 

peinture :  Marc Pfund

 

Secoué de mistral

Sans remords.

Il l’avale 

Lourd de bruissements, 

Et du soleil d’ors

Se tait, sous serment,

Dressant juste ses épines

Aux senteurs de thym…

Je n’en connais pas l’origine  .

Tout tourne autour du ventre,

Certains diront          « le nombril du monde »

<          Mais où est donc le centre 

Que le vent  sonde ?

Dans la tradition congolaise

L’humanité commence par le nombril,

C’est peut-être, dans le création,     une île

Au milieu de l’océan, sa genèse …

Et le monde, … 

Commence-t-il par le temps…. ?

Une goutte  de sang ?

Qu’est-ce qui le fonde ?

L’horloge du soleil, 

Indique ,       opposée au ciel,

L’étendue des ombres …

Ou bien le regard, celui de l’enfant   …

Même le plus sombre

Que l’on porte ,

Comme  à nos premières années,

L’ouverture d’une porte

Avec la mère, présente

Dans l’humanité, …. nous en sommes  nés.

Elle en est Origine,

Comme le pin,              aussi

Gardien de la terre bienveillante,

Accroché  à ses racines.

Se tient toujours ici…

RC – août , sept 2014

( nouvelle  version  « retravaillée » )   de ce texte  de juin  2013

 

Je ne perçois plus rien du passé – ( RC )

IMGP0040.JPG

photo perso    juill  2016             Aubrac-  Lozère

Si je ne perçois plus rien du passé,
Je ne sais plus la distance
qui me sépare de ma conscience.

Une période fixée – trépassée

J’ai oublié le langage.
Aucun écho ne revient en partage.

Car les lèvres sont scellées,
Et la parole s’est gelée.

Le sable ne s’écoule plus,

Le temps a entamé son reflux,
En repliant ses ailes .

Si tu étais immortelle,
Il se peut que le coeur désespère,
Dans la traversée du désert,

A former des mots ou des lettres,
Si je ne peux te reconnaître …

J’ai oublié d’où je viens,
Egaré tous mes biens,
Quelque part dans le noir :

L’ombre de la mémoire,
Ponctué d’éclairs
Désincarne même la chair ;

Je me tiens droit,
Entre les silhouettes, un jour livide,
Mais rien entre les doigts

Le présent décharné, et l’esprit vide .


RC – oct 2014


le dessin blanc – texte 1 – Je ne peux plus rien dire – ( RC )



Il n’y a plus de veines  bleues,
Le sang  s’est échappé: il a figé
Tout autour de mes  cheveux, et sur le sol,
Et sur les brindilles …le tout mêlé..

C’est un tableau qui en principe,
Ne s’encadre pas.
Le rouge virant au brun,
puis au presque noir

Ou si on le fait, on pourra ajouter
La trace de mon corps,
quand il s’est  écroulé,
Souligné  d’un épais  trait blanc .

Il y a juste sa trace en négatif.
On ne pouvait le laisser tel quel,
Ou le punaiser
comme un papillon,

Sur les murs du musée :
On n’a pas encore prévu de dispositif
Assez performant pour le conserver
Sous les lumières des projecteurs .

A l’emplacement  du visage,
Une mauvaise photo d’identité
Pourra  faire l’affaire,
Et pour rappeler le contexte

Ou l’inventer,  –   selon .
Ce sera quelques  feuilles,
de la mousse,
Ou un mégot  écrasé.

Pour faire un peu plus vrai,
On n’oubliera pas quelques indices,
Des photos explicatives
( si possible : des gros plans )

Assortis de flèches,
et entourées de rouge ;
Les rapports de police,
Et ceux de l’autopsie seront fournis.

Le jeu consiste
A deviner l’arme du crime.
On ne l’a pas encore retrouvée.
Peut-être un des visiteurs l’aura-t-il sur lui…

Je suis  désolé ;
Je ne peux pas vous aider.
Ç’aurait été avec plaisir,
Mais vous avez compris…

Je ne peux plus rien dire.


RC- mars  2015

pour rappel, un autre  texte  avec le titre  « le dessin blanc » existe  sur le site, mais  dans un tout autre contexte


Réminiscences de fleurs d’ailleurs – ( RC )

Badaire  Jean-Gilles   expo Marvejols   fl -  22

peinture Jean-Gilles Badaire – photo perso


C’est une coque vide,
Aux murs carrelés de blanc, jusqu’au plafond.

Les meuglements des animaux,
La vapeur  qui s’échappait  de leur  corps,
Tout à coup arrachés  à l’étable,
Aux pentes  douces, et leur pâture humide…

Leur chaleur, et l’odeur  animale
S’est perdue dans le silence ;
Leur masse suspendue à de solides crochets,
Se comptait en poids de viande.

Le lieu est devenu incongru, et froid.
Même les  aérateurs,
Les conduits immobilisés,
Rouillent  lentement sur place .

Le sol de ciment  bien sec, proprement  nettoyé,
Permet qu’on le traverse, sans qu’on y glisse,
Sur des excréments,
Ou une  flaque  de sang  :

L’abattoir municipal
est devenu un lieu  d’arts.

Des oeuvres sombres
Aux  fleurs  brunes  et violines,
Parfois  aux  accents métalliques,
Font comme de vénéneux  prolongements,

Aux plantes  privées de lumières  ;
Elles s’étalent  sur les  toiles noires,
Engluées de pourpre mat,
Et de vermillon terne.

Comme les animaux  de jadis,
Extraites de leur terre,
Le souffle coupé,

Suspendues à un reste  de couleur .
Ce qui a existé, des réminiscences…

Quelque part , d’ailleurs…

On sait que les  fleurs mortes,
Diffusent encore un peu de parfum .

RC – avril 2015


Long est encore le chemin du calvaire – ( RC )

 

,Adriaen Pietersz van de VENNE,          Danse de la mort ,      1630

 

Dans la rue je fixe les morts et me moque des vivants .

J’emprunte un masque, à mon corps défendant,

Et souris , derrière lui ,         pestiféré,

Aux mensonges maintes fois proférés.

Je ne pourrai plus rien faire,

Que creuser loin dans la terre,

Fuir la tourmente et les vents,

Les grains de sable, s’infiltrant entre les dents.

Ceux qui restent – des vivants encore debout

Sont pourtant       collés à la boue ;

Ils ne se savent pas encore condamnés,

Et             par l’air,  emprisonnés.

Plus que quelques minutes avant l’éclatement des cellules,

Déjà, le sang qui me reste,     coagule

C’est un arbre en moi,        qui se fige,

Me transperçant de ses tiges.

Long est encore le chemin du calvaire,

Sous mes pieds grouillent      les vers,

Avides de ma chair        en lambeaux,

Dans le festin d’un tombeau.

Je fais le tour du propriétaire,

Avant de sauter,     les pieds joints,      en enfer

De la bordure du Styx,         on en devine la rive

Et, comme  il se dit :…                     »  qui m’aime me suive  « .

 

RC  – août 2014

 

 


Filigranes d’un dessein – ( RC )

59516209_e6c826bf3a Autumn Leaves_L

 

 

Les chuchotements du soir, épèlent avec peine,
Les résonnances du corps.
Le jet fatigué de la fontaine,
Se donne encore sans conviction .
Le sang s’élève avec irrégularité,
Puis retourne tel qu’il est,
A sa tâche monotone .

Il a parcouru tant de fois ma vie,
Qu’il me connaît, tel un croquis,
Toujours recommencé à chaque jour,
Et effacé chaque nuit,
A force de gommures,
Il s’est inscrit en creux ,
Dans ma peau parcheminée .

S’il en est comme l’automne,
Dont les feuilles de rouille ,
Viennent obturer les circuits,
L’existence porte son hiver,
Inscrite en filigrane,
D’une silhouette aux mains tremblantes,
Traversée de ses rides .

Bien sûr , porté par la force de l’âge,
J’ai suivi la voie qui m’était confiée ,
Parsemée de conquètes
Et de défaites,
De joies et puis de peines,
Comme tout un chacun.
…Faut-il en conter l’épopée ?

Une diseuse de bonne aventure,
Aurait lu dans mes mains,
Les lignes du coeur et du destin,
Quelques pièces pour un à- venir,
Sans doute, hors du commun .
Mais aujourd’hui encore,
J’en ignore encore le dessein .

RC- avril 2014


Au commencement est le geste, à la fin, la douleur ( RC )

Sculpture  Michel-Ange - Pièta  1498

Sculpture Michel-Ange – Pièta 1498

Il y a toujours un commencement, mais nous n’en avons plus mémoire,

Ou c’est celle, animale, de l’embryon que nous fûmes…

Aussi on nous dit la Genèse, le premier jour, la lumière, ( les contes fleuris de la création du monde ),

 ornent les missels, ou occupent les cadres dorés des musées.

 

…Le geste se prolonge à travers tous les corps      ( Bernard  Noël ),

,       et c’est de l’espèce commune,       oui,          de cerner, attentif à notre fonds commun.

 

Le sang circule donc dans les veines, et l’existence tutoie différences et préjugés,

C’est l’intérieur qui parle, ( le flux sanguin, se trouvant de la même couleur chez tout le monde)

Le geste est originel… Pêchant dans l’inconscient collectif.

Il se traduit en images,  parfois elles nous envahissent, car construites à notre semblance…

La Vierge est à ma portée, portant dans ses bras son fils mort, et affaissé.

Son immobilité et sa blancheur ,           sa dureté de marbre, quelle que soit l’habileté de l’artiste,                    lui ôtent sa chaleur.

Juchée sur son piédestal, et faussement accessible, le monde ne recommence pas avec elle,

au contraire, elle se substitue en mythe, aux mères des pays de famine, où toute mère, hurle à la vie enfuie, et qui s’est, au sens propre, arrachée d’elle.

S’il y a une genèse, il y a aussi celle de la douleur…. Il est des Pièta vivantes, ne prêchant pour aucune religion.

RC – 14 octobre  2013

Pogordski

Parodie de Pièta: ( une  de la série photographique  de G PODGORSKY )


Le reflet de tous les dons – ( RC )

  • peinture P Picasso  - portrait de femme 1936

    peinture P          Picasso – portrait de femme           1936

  •  

     

    Il y a incrusté dans la chair,

    Les paroles de la mère

    Emmêlées et secrètes,

    Comprimées dans la tête

     

    Portant les fleurs laineuses,

    Tricotant, soucieuse,

    Les mailles du coeur,

    Construisant de chaleur,

     

    Le cocon d’avenir,

    Et, des échos, le souvenir,

    Sans avoir à l’exprimer,

    — Celui du verbe aimer

     

    A conjuguer son sang,

    A tous les temps ;

    Les temps que le vent emporte,

    Et ouvrent grand les portes,

     

    Au dehors, et au dedans,

    En se penchant un peu, … sur l’avant,

    Si les oiseaux chantaient pour toi,

    Le coeur y serait à l’étroit,

     

    Pour évoquer l’hier,

    Et la mère entière,

    Portant sur l’infini horizon,

    Le reflet de tous les dons.

    RC – 29 octobre 2013


Combats épiques – (RC )

Au pied des tours du fort,

  • ces ciels bas du nord –

    Ce château des destins croisés

A l ‘herbe douce, et arrosée,

Miniatures précises, et aquarelles…

Où l’on plante des échelles,

Collines et arbres deployés,

Sur un fond carroyé,

Et si on tourne les pages,

Du livre aux images,

En passant du livre de prières,

Aux scènes guerrières,

Où la forteresse prise au piège,

Soutient vaillamment le siège .

On a descendu les herses,

Evalué la partie adverse,

Rassemblé les vaillants,

Pour contrer les assaillants.

Alors, l’herbe s’arrose,

D’un coup à forte dose…

Le sang des soldats cascade,

En rouges rasades,

Jaillissant des armures,

Jusqu’à peindre les murs,

Si les assaillants culbutent,

Et s’entraînent dans leur chute,

D’estoc et de taille,

En bruits de bataille,

Lances et piques,

. Et écritures gothiques.

S’écrivent aussi en combats épiques,

Discours et politique,

Ce qu’on voit sur les manuscrits,

Minutieusement décrits

Mariages et mésalliances,

Au pays de France.

Histoires de pouvoir,

– Agrandir un peu son territoire

Jouant aux échecs,

Rois, puissants et évêques,

Partageant le convoitise,

Sous de belles devises.

Accords , et traîtrises,

Bâtisseurs de châteaux et d’églises,

Edits et parchemins,

Sceaux de cire rouge carmin,

Evangéliaires et livres pieux

Les manuscrits précieux,

S’offrent aux regards,

De qui parcourt l’histoire,

En remontant les pages….

> Autant de témoignages,

Du passé,

Et des années amassées.

RC  11 septembre  2013


Faire de toi l’ange ( RC )

——

photographe non identifié

 

Faire de toi, l’ange

 

 

De tes griffes, le labour,

Sur la peau, de l’amour,

Les baisers longs,

De ton sillon,

 

Où vogue l’amant,

C’est le goût du sang,

S’il faut séduire

L’effrayant vampire,

 

J’aurais, par l’usure

Cicatrisé les blessures,

A la courbure de mes mains,

Teintées de carmin

 

Le cauchemar,

Où je m’égare,

Et si ses ongles, je ronge,

Au parcours des songes,

 

Et avec tes phalanges,

Je fais d’elle – l’ange …

Une démone,

Faite madone,

 

Une lionne,

Que je baillonne,

Au safari,

De ses cris

 

La passion, le brasier,

De tes baisers,

Je goûte toute la sève,

A la bascule du rêve,

 

L’aigue-marine,

Sans les épines,

Le buisson ardent

Le confident,

 

Le losange solaire,

De tes colères,

Et toutes tes lois,

Tout contre la joie .

 

RC – 17 août 2013

 

 

photo Erw Blumenfeld

 

 


Boire à l’horizontale, à l’angle du jour ( RC )

sculpture  Maurire Ferrary: Leda  et le cygne

sculpture Maurire Ferrary:           Leda et le cygne

 

 

Boire à l’horizontale,

A l’angle du jour,

Comment défaire

Les plis des étoffes

 

Lorsque le matin

Heurte à la fenêtre

Chaque minute commencée

Et ce qu’il faut qu’on danse

 

Et qu’on dense,

Un concentré de vie

Promis aux soupirs

A prendre pour modèle

 

Le centre du monde,

Celui où on entre,

Et qui nous enchante

Les moments at-tendus

 

Ceux-ci s’accélèrent;

Se conjuguent et désaltèrent

Par tous les temps,

Juste ce qu’il faut de sang

 

Le calice jusqu’à la vie

Si on n’y boit goutte

A tracer la route

Au sein même des cris ….

 

C’est un coeur qui gronde,

Qu’on partage à deux,

Rouge et bleu est le feu,

Qu’enfin il s’inonde

 

Nouvelle naissance

Retour, au vin du silence,

Nous sommes loin en partance,

….En oubli d’impatiences,

 

 

RC  –    6 mars 2013

 

inspiré par  » le bleu – je bois  »        de  Nath ….sur ses  « tentatives  de lumière »

 

 


Léopold Sédar-Senghor – Élégie pour Martin Luther King

Élégie pour Martin Luther King

Léopold Sédar SENGHOR

Recueil : « Éthiopiques »

(pour un orchestre de jazz)

I

Qui a dit que j’étais stable dans ma maîtrise, noir sous l’écarlate sous l’or ?
Mais qui a dit, comme le maître de la masse et du marteau, maître du dyoung-dyoung du tam-tam.
Coryphée de la danse, qu’avec ma récade sculptée
Je commandais les Forces rouges, mieux que les chameliers leurs dromadaires au long cours ?
Ils ploient si souples, et les vents tombent et les pluies fécondes.
Qui a dit qui a dit, en ce siècle de la haine et de l’atome
Quand tout pouvoir est poussière toute force faiblesse, que les Sur-Grands
Tremblent la nuit sur leurs silos profonds de bombes et de tombes, quand
A l’horizon de la saison, je scrute dans la fièvre les tornades stériles
Des violences intestines ?

Mais dites qui a dit ?
Flanqué du sabar au bord de l’orchestre, les yeux intègres et la bouche blanche
Et pareil à l’innocent du village, je vois la vision j’entends le mode et l’instrument
Mais les mots comme un troupeau de buffles confus se cognent contre mes dents
Et ma voix s’ouvre dans le vide.
Se taise le dernier accord, je dois repartir à zéro, tout réapprendre de cette langue
Si étrangère et double, et l’affronter avec ma lance lisse me confronter avec le monstre
Cette lionne-lamantin sirène-serpent dans le labyrinthe des abysses.
Au bord du chœur au premier pas, au premier souffle sur les feuilles de mes reins
J’ai perdu mes lèvres donné ma langue au chat, je suis brut dans le tremblement.
Et tu dis mon bonheur, lorsque je pleure   Martin Luther King !

II

Cette nuit cette claire insomnie, je me rappelle hier et hier il a un an.
C’était lors le huitième jour, la huitième année de notre circoncision
La cent soixante-dix-neuvième année de notre mort-naissance à Saint-Louis.
Saint-Louis Saint-Louis ! Je me souviens d’hier d’avant hier, c’était il y a un an
Dans la Métropole du Centre, sur la presqu’île de proue pourfendant
Droit la substance amère. Sur la voie longue large et comme une victoire
Les drapeaux rouge et or les étandards d’espérance claquaient, splendides au soleil.
Et sous la brise de la joie, un peuple innombrable et noir fêtait son triomphe
Dans les stades de la Parole, le siège reconquis de sa prestance ancienne.
C’était hier à Saint-Louis parmi la Fête, parmi les Linguères et les Signares
Les jeunes femmes dromadaires, la robe ouverte sur leurs jambes longues
Parmi les coiffures altières, parmi l’éclat des dents le panache des rires des boissons.
Soudain
Je me suis souvenu, j’ai senti lourd sur mes épaules, mon cœur, tout le plomb du passé
J’ai regardé j’ai vu les robes fanées fatiguées sous le sourire des Signares et des Linguères.
Je vois les rires avorter, et les dents se voiler des nuages bleu noir des lèvres
Je revois Martin Luther King couché, une rose rouge à la gorge
Et je sens dans la mœlle de mes os déposées les voix et les larmes, hâ ; déposé le sang.
De quatre cents années, quatre cents millions d’yeux deux cents millions de cœurs deux cents millions de bouches,
deux cents millions de morts,
Inutiles, je sens qu’aujourd’hui, mon Peuple je sens que Quatre Avril tu es vaincu deux fois mort, quand
Martin Luther King.
Linguères ô Signares mes girafes belles, que m’importent vos mouchoirs et vos mousselines
Vos finettes et vos fobines, que m’importent vos chants si ce n’est pour magnifier
MARTIN LUTHER KING LE ROI DE LA PAIX ?
Ah, brûlez vos fanaux Signares, arrachez, vous
Linguères vos perruques
Rapareilles et vous militantes mes filles, que vous soyez de cendres, fermez laissez tomber vos robes
Qu’on ne voie vos chevilles : Toutes femmes sont nobles
Qui nourrissent le peuple de leurs mains polies de leurs chants rythmés.
Car craignez Dieu, mais Dieu déjà nous a frappés de sa gauche terrible
L’Afrique plus durement que 1es autres, et le Sénégal que l’Afrique
En mil neuf cent soixante-huit !

III

C’est la troisième année c’est la troisième plaie,
c’est comme jadis sur notre mère l’Egypte.
L’année dernière, ah Seigneur, jamais tu ne
t’étais tant fâché depuis la Grande Faim
Et Martin Luther King n’était plus là, pour chanter
ton écume et l’apaiser.
Il y a dans le ciel des jours brefs de cendres, des
jours de silence gris sur la terre.
De la pointe des Almadies jusqu’aux contreforts
de Fongolimbi
Jusqu’à la mer en flammes de Mozambique,
jusqu’au cap de Désespoir
Je dis la brousse est rouge et blancs les champs,
et les forêts des boîtes d’allumettes Qui craquent. Comme de grandes marées de nausées,
tu as fait remonter les faims du fond de vos mémoires.
Voici nos lèvres sans huile et trouées de crevasses,
c’est sous l’Harmattan le poto-poto des marigots.
La sève est tarie à sa source, les citernes s’étonnent,
sonores
Aux lèvres des bourgeons, la sève n’est pas montée
pour chanter la joie pascale
Mais défaillent les swi-mangas sur les fleurs les
feuilles absentes, et les abeilles sont mortelles.
Dieu est un tremblement de terre une tornade sèche,
rugissant comme le lion d’Ethiopie au jour de sa
fureur.
Les volcans ont sauté au jardin de l’Eden, sur trois
mille kilomètres, comme feux d’artifice aux fêtes
du péché
Aux fêtes de Séboïm de Sodome de Gomorrhe, 1es
volcans ont brûlé les lacs
Et les savanes. Et les maladies, les troupeaux ; et
les hommes avec
Parce que nous ne l’avons pas aidé, nous ne l’avons
pas pleuré Martin Luther King.
Je dis non, ce ne sont plus les kapos, le garrot
le tonneau le chien et la chaux vive,
Le piment pilé et le lard fondu, le sac le hamac le
micmac, et les fesses au vent au feu, ce ne sont
plus le nerf de bœuf la poudre au cul
La castration l’amputation la cruxifixion – l’on
vous dépèce délicatement, vous brûle savamment
à petit feu le cœur
C’est la guerre post-coloniale pourrie de bubons,
la pitié abolie le code d’honneur
La guerre où les Sur-Grands vous napalment par
parents interposés.
Dans l’enfer du pétrole, ce sont deux millions et
demi de cadavres humides
Et pas une flamme apaisante où les consumer tous
Et le Nigéria rayé de la sphère, comme la Nigritie
pendant sept fois mais sept fois soixante-dix ans.
Sur le Nigéria Seigneur tombe, et sur la Nigritie,
la voix de Martin Luther King !

IV

C’était donc le quatre Avril mil neuf cent soixante huit
Un soir de printemps dans un quartier gris, un
quartier malodorant de boue d’éboueurs
Où jouaient au printemps les enfants dans les
rues, fleurissaient le printemps dans les cours sombres
Jouaient le bleu murmure des ruisseaux, le chant
des rossignols dans la nuit des ghettos
Des cœurs. Martin Luther King les avait choisis,
le motel le quartier les ordures 1es éboueurs
Avec les yeux du cœur en ces jours de printemps,
ces jours de passion
Où la boue de la chair serait glorifiée dans la
lumière du Christ.
C’était le soir quand la lumière est plus claire et l’air plus doux
L’avant-soir à l’heure du cœur, de ses floraisons
en confidences bouche à bouche, et de l’orgue
et du chant et de l’encens.
Sur le balcon maintenant de vermeil, où l’air est plus limpide
Martin Luther debout dit pasteur au pasteur :
« Mon frère n’oublie pas de louer le Christ dans sa
résurrection, et que son nom soit clair chanté ! »
Et voici qu’en face, dans une maison de passe de
profanation de perdition, oui dans le motel Lorraine
– Ah, Lorraine, ah, Jeanne la blanche, la bleue,
que nos bouches te purifient, pareilles à l’encens qui monte !
Une maison mauvaise de matous de marlous, se tient
debout un homme, et à la main le fusil Remington.
James Earl Ray dans son télescope regarde le Pasteur
Martin Luther King regarde la mort du Christ :
« Mon frère n’oublie pas de magnifier ce soir le
Christ dans sa résurrection ! »
Il regarde, l’envoyé de Judas, car du pauvre vous avez
fait le lycaon du pauvre
Il regarde dans sa lunette, ne voit que le cou tendre
et noir et beau.
Il hait la gorge d’or, qui bien module la flûte des anges
La gorge de bronze trombone, qui tonne sur
Sodome terrible et sur Adama.
Martin regarde devant lui la maison en face de
lui, il voit des gratte-ciel de verre de lumière
Il voit des têtes blondes bouclées des têtes sombre
frisées, qui fleurissent des rêves
Comme des orchidées mystérieuses, et les lèvres
bleues et les roses chantent en chœur comme
l’orgue accordées.
Le Blanc regarde, dur et précis comme l’acier.
James Earl vise et fait mouche
Touche Martin qui s’affaisse en avant, comme une fleur odorante
Qui tombe : « Mon frère chantez clair Son nom, que
nos os exultent dans la Résurrection ! »

V

Cependant que s’évaporait comme l’encensoir le cœur du pasteur
Et que son âme s’envolait, colombe diaphane qui monte
Voilà que j’entendis, derrière mon oreille gauche, le battement lent du tam-tam.
La voix me dit, et son souffle rasait ma joue :
« Ecris et prends ta plume, fils du Lion ». Et je vis une vision.
Or c’était en belle saison, sur les montagnes du Sud
comme du Fouta-Djallon
Dans la douceur des tamariniers. Et sur un tertre
Siégeait l’Etre qui est Force, rayonnant comme un diamant noir.
Sa barbe déroulait la splendeur des comètes ; et à ses pieds
Sous les ombrages bleus, des ruisseaux de miel blanc de frais parfums de paix.
Alors je reconnus, autour de sa Justice sa Bonté,
confondus les élus et les Noirs et les Blancs
Tous ceux pour qui Martin Luther avait prié.
Confonds-les donc, Seigneur, sous tes yeux sous ta
barbe blanche :
Les bourgeois et les paysans paisibles, coupeurs de
canne cueilleurs de coton
Et les ouvriers aux mains fiévreuses, et ils font
rugir les usines, et le soir ils sont soûlés d’amertume amère.
Les Blancs et les Noirs, tous les fils de la même terre mère.
Et ils chantaient à plusieurs voix, ils chantaient
Hosanna ! Alléluia !
Comme au Royaume d’Enfance autrefois, quand je rêvais.
Or ils chantaient l’innocence du monde, et ils dansaient la floraison
Dansaient les forces que rythmait, qui rythmaient la
Force des forces : la Justice accordée, qui est
Beauté Bonté.
Et leurs battements de pieds syncopés étaient comme
une symphonie en noir et blanc
Qui pressaient les fleurs écrasaient les grappes, pour
les noces des âmes :
Du Fils unique avec les myriades d’étoiles.
Je vis donc – car je vis – Georges Washington et
Phillis Wheatley, bouche de bronze bleue qui
annonça la liberté – son chant l’a consumée _
Et Benjamin Franklin, et le marquis de La Fayette
sous son panache de cristal

Abraham Lincoln qui donna son sang, ainsi qu’une
boisson de vie à l’Amérique
Je vis Booker T. Washington le Patient, et William E.B.
Dubois l’Indomptable qui s’en alla planter sa tombe en Nigritie
J’entendis la voix blues de Langston Hughes, jeune
comme la trompette d’Armstrong. Me retournant je vis
Près de moi John F. Kennedy, plus beau que le rêve
d’un peuple, et son frère Robert, une armure fine d’acier.
Et je vis – que je chante ! – tous les Justes les Bons,
que le Destin dans son cyclone avait couchés
Et ils furent debout par la voix du poète, tels de
grands arbres élancés
Qui jalonnent la voie, et au milieu d’eux Martin Luther King.
Je chante Malcom X, l’ange rouge de notre nuit
Par les yeux d’Angela chante Georges Jackson,
fulgurant comme l’Amour sans ailes ni flèches
Non sans tourment. Je chante avec mon frère
La Négritude debout, une main blanche dans sa main
vivante
Je chante l’Amérique transparente, où la lumière est
polyphonie de couleurs
Je chante un paradis de paix.

voir aussi  sur  art et tique  et pique

« Lettre à un prisonnier »

et   « Avant la nuit »