Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “pierres

La maison de verre – ( RC )

maison-de-verre-Le-Cirva-au-Musée-Cantini-Marseille-slide.jpg

sculpture J-Luc Moulène –  » for birds » ( verre moulé et cage  – CIRVA  Marseille)

 

Et ce sera un sortilège,
la maison serait transparente,
donnant sur les prés
les branches qui se balancent ,
au-dessus du toit .
On verrait à travers elle :
de l’autre côté
se continue l’horizon.
Les plus hauts murs
et le fouillis des villes
m’ignorent .
Les pierres sont lourdes et tranchantes ,
le désert est ailleurs.

Le vent se lève et berce les étoiles,
mais je ne m’en aperçois pas .
Je suis dans la maison de verre :
elle voyage, lovée sur elle-même,
n’a que faire des pluies et
des écharpes de brume .
Les tempêtes n’arrivent pas jusqu’à moi.
La maison est close, les portes
ne s’ouvrent pas .
C’est un lieu à l’écart du monde,
une bulle, une fenêtre tout entière,
Malgré qu’elle n’ait pas de barreaux.

Je n’en sortirai pas.

RC – juill 2017

Publicités

Alchimie patiente des mots – ( RC )

-parapluie

Peinture en duo avec J Hemery 1998

 

Assis au bord de son âme,

C’est une plongée dans le pourpre,

L’ombre, le sang

L’ âpreté des non-retours   ;

 

S’il faut chercher dans la succession des saisons,

De quoi fondre le secret des paroles,

Celles qui            quelques instants avant,

étaient tues…

>        Alors, de quelques pierres lourdes,

Et papiers froissés :

Faire naître les ors…

Alchimie patiente des mots ;

Ils se tissent les uns aux autres,

Restituent comme une naissance du jour,

Doigts de lumière posés sur le monde.

RC – juill  2015


« Vois-tu », Cécile ?

Illustration d’un article de Antonello Anedda, visible sur  « terres de femmes »

 

 » Vois-tu »,  Cécile,

Ce sont les yeux  d’une  autre,
Dont la vue  s’immisce….
Mais  n’atteint pas  l’iris

– D’une distribution réussie,
Tu partages avec Lucie…
La légende et le martyre

Comme se transmettent les dires  .

Si, même en pleine lumière
Des dieux dont tu parles,
Nous ne voyons que pierres,

Au toucher, et selon toute nécessité

Nourris ta vue,   de tes caresses,
Certains disent  qu’elle baisse
Mais      l’éclat de la sagesse

Remporte le combat, et se nourrit de cécité….

Il n’y a plus de place,
Sur la Sainte Figure…
L’absence  d’expression, sur ce visage pur

Jamais, ne laisse de trace .

Creuses, les orbites
Vides de leur vue…
Pour celle, sans limite

Empruntant un chemin imprévu…

Un court-circuit des sens,
Dans l’assise du jour.
Le supplice de la nuit,

Au fond de la tête,  s’élance.

Les yeux  sont livrés  sur un plateau.
Celui-ci est d’étain,
Leur  trajectoire nous étreint ,

Dépourvus de cils…

Vois-tu bien,   Cécile,
Sur le plat de  métal,       ces îles  ?
Le sang  remplit la coupe…

( Incision et découpe )

Il n’est pas trop tard,
Pour laisser vivre      ce regard  :

Aucun bandeau          ne dissimule
le visage  anonyme.

Les portes fermées à la lumière,
Empruntent les chemins d’un désert.

Ce sont  des oeillères,
Allant par paires.

La vue, malgré l’absence,
S’invite en voyance,…
C’est peut-être une chance

De voir  sans les yeux.

Sur la face,       seulement des creux,
Enfoncent la surface,
Les as-tu eus seulement, un jour,      bleus ?

>     Puisque  tu franchis les ciels,

Comme autant de paupières,
Ouvertes à la lumière
Et son aveuglement de mille feux…

La ferveur supplante la couleur,

Malgré la douleur,     tu ne vois,
Qu’avec les doigts
Et le trajet du coeur…

—  Désormais, aucun obscur
N’efface du réel
Sa distance immatérielle.

L’infini        se traverse comme le futur.

RC – sept 2014

 

Peinture:      F de Zurbaràn:  détail de  « Sainte Lucie »

 

 

 


Fleur du mur – ( RC )

Elle s’accroche dans les creux,
Dessine des arabesques ,
Des floraisons au sein
des murs arides .
Et cela grandit,

D’abord en lichens,
Recouvrant petit à petit,
L’écriture penchée
« défense d’afficher »,
Encore visible sur l’enduit.

Il disparaît à plusieurs endroits,
Révèle des pierres,   bien jointoyées,
Où bientôt ,          pointe de la couleur,
Un rose insolent,
Une fleur .

Elle échappe au sévère,
Et          s’est trouvée une autre nature,
Autant de vie,
A défier            le ciment
En un nouveau printemps.

 

RC – avril 2014

 

stone-wall-under-shadow-pink- 15


Ne cherche pas l’extinction du soleil derrière ton regard – (RC )

jardin+zen1

Comme, malgré toi,
Tes paupières se ferment,
Pour ouvrir, les portes de la nuit,
Ne lutte pas contre les éléments

Ne cherche pas l’extinction du soleil
Derrière ton regard,
Désormais séparé
De la courbe de la terre

Ecoute plutôt les voix,
L’envers d’un épiderme
Se fondant sans bruit,
Au coeur du firmament.

Voyageant dans le sommeil,
Les oiseaux traversant la mare,
Ne se sont pas égarés ,
Au jardin des pierres .

RC-  février  2014

( inspiré par un court texte  de Sylvaine Diet )

fiction du jardin zen en "nocturne"

fiction du jardin zen en « nocturne »


Derrière les vitrines ( RC )

   photo:            lenouvelliste.ch

Les échantillons se succèdent,
Derrière les vitrines,
Il y a des pierres, il y a des ors,
Et de ces espèces précieuses,
Difficiles à trouver,
Extraites des profondeurs,
Comme ce diamant,
Jetant de ses facettes les feux.

Tenez-vous devant lui,
Imaginez sur votre chemisier,
Ce bijou hors de prix

Si facile à perdre,
Et objet de tant de convoitise…
Le concentré d’un travail obscur,
Dans les profondeurs de la terre,
Pour un cristal deluxe.
Les vitrines d’exposition,

Sont aussi celles d’animaux exotiques,
Ce seraient celles d’un poussiéreux musée
D’histoire naturelle…
s’il est naturel aussi
D’aligner les plus beaux papillons,
Cloués sur une planche,
Et les reptiles habitant les bocaux,
Flottant dans un liquide jaunâtre…

Les animaux du bout du monde,
Maintenus autoritairement,
Dans les parcs zoologiques,
Restent prisonniers à vie,
De cages étroites où se penche,
Un palmier en plastique,victimes
De leur condition d’espèce rare,
Dans quelques mètres carrés.

L’orang-outang passe de longues journées,
Désoeuvré, et attend à heures fixes sa pitance.
Les crotales s’enroulent autour de branches mortes,
Les oiseaux au plumage de feu, traversent
Leur espace au minimum vital,
Et progressent de grillage en grillage -allers-retours.
L’ours brun ne prend même plus la peine de se lever,
Et son voisin éléphant prend des rides de tristesse.

Le musée ainsi se fait pieuvre,
Qu’il ait l’aspect d’un zoo,
Ou d’une exposition temporaire.
Les objets rares et même les vivants,
Rendus toujours inaccessibles,
Par leur rareté, et souvent la valeur qu’ils symbolisent
Derrière des vitres blindées,
Ont l’apparence des reflets de mythe.

Mis en conserve, aseptisés,
Et coupés de leur milieu,
Le climat, l’effort qui les a révélés,
La vie – dont ils sont issus – ;
Ce sont bien des échantillons,
Mais d’espèces disparues, ou tout comme,
Plongés dans un bain artificiel,
Une dérive de l’esprit, une réalité…

Dont le filigrane a tout de la fausse monnaie.

RC  –  décembre 2013   et février  2014


Joël Bastard – Cataluna – extrait

poisson papillon

 

La rivière aliquote passera par les ouïes de la  truite sévère.

Son eau peignée de branchies comme pour le vent dans les genévriers.

Tout respire et défile. La rivière bue des roches.

L’haleine .

 

Le souffle des bêtes à travers le jour  construit de pierres sèches.

 

– JB