Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “papier

Le cahier clos – ( RC )

Image associée

Celui chante là quand toute voix se tait
Si c’est le silence, alors

Tu l’a celé,
De ton écriture,
Tels sont les écrits ;
Couchés sur le papier
Dont tu n’ajouteras aucun chapitre ;

Un cahier plein de murmures,
Où je peux relire,
Les lettres de ton souffle :
Tu es tout près,
Cachée derrière les feuilles.

Et le cahier est fermé
pour toujours.
La lumière éteinte,
pourtant, ne cesse de briller.
chaque jour où je l’ouvre.

Un frisson
qui parcourt le dessin de l’écriture,
jusqu’à planer quelque part en moi :
Une voix intérieure me parcourt,
Même si je tais les mots

évadés du champ de la page ,
L’envol d’un invisible oiseau .

RC – juin 2015

 

( la première ligne  est empruntée à un écrit  de Philippe Jaccottet )

Publicités

Une toute petite armoire – ( RC )

art- Sophie Calle

 

C’est une armoire un peu bizarre ,
où se cachent plein d’histoires,
des souvenirs d’enfance,
de petits objets
que conservait ma mère
dans sa boîte de couture,
une boucle de cheveux blonds,
dans du papier de soie,
des bandes de papier
avec mon écriture tremblée
décrivant la grille du jardin,
les escargots qui se cachaient
sous le rebord du mur.

Comme on peut le deviner,
un secret reste un secret .
Il y en a de terribles
cadenassés à triple tour,
enfouis au fond de la mémoire,
qu’on s’efforce d’effacer,
mais qui reviennent
tôt ou tard,
à la surface.
Rassurez-vous
ce ne sont les miens .

Il y a , …. il y a
plein de choses encore,
tant qu’on pourrait s’étonner
que cela prenne place
dans cette petite armoire .
– Je ne ferai pas une liste :
– d’ailleurs à quoi bon ? –
elle n’a pas de fond,
car elle s’ouvre sur l’infini
et la course des étoiles .
Si vous l’ouvrez
( car je n’ai pas de clef )
vous n’y verrez rien
de particulier .

Je suis seul à savoir ce qu’il y a dedans…


RC – mai 2017


Une douceur attentive, au mouvement des pensées. – ( RC )

Résultat de recherche d'images pour "lettre pliée"

Dans ma poche, une feuille de papier pliée en quatre ou peut-être davantage,
Je prévoyais d’envoyer un message, un pont dans le futur,
Que j’écrirai peut-être:        Je m’écrirai à moi-même.
Ce seraient des mots alignés, puis des remords, biffés,
des paragraphes reliés par des flèches, des expressions qui les supportent,
et qu’on déplace comme on le ferait d’une assiette posée sur une table.

Et si j’écris, même si celà ne prend pas la forme d’un poème,
il y aurait là la trace laissée par ma main, qui suit les méandres des idées .
Et , oubliée un temps insoupçonné dans la poche,
la feuille me remémorerait, fidèle, ce que je lui ai confié ,
conservant aussi les plis et la légère courbure de la poche.
C’est bien ça: un message adressé à moi-même :
Mais il faut que je lui « parle », d’abord.

La peau blanche du papier,
toujours d’une douceur attentive
au mouvement des pensées,
reste pour l’instant pliée dans la poche.
Elle a toutes les apparences d’un terrain favorable,
comme celui où il suffit de jeter des graines,
pourqu’il en sorte des pousses vigoureuses.


RC – dec 2015


Panne de photocopieuse – ( RC )

Afficher l'image d'origine

Voilà ce que c’est,

Tu fais trop confiance à ces choses,

Et un jour elles se refusent,

Bien sûr ,  quand y a plein d’trucs à faire

J’étais avec mes feuilles à la main,

Regardant l’temps qui m’restait,

Alors j’ai essayé d’lui parler,

D’l’amadouer,

Cte fichue phocopieuse,

Lui parler, la palper,

Même  rebranchée, rien n’y fait

Y qu’la s’crétaire qui s’y connaît

Qui sait où mettre les doigts,

Qui tripote les manivelles,

Qui sent sous les aisselles,

Qui tire sur le papier,

Coincé dans les tambours,

…Elle a dû confondre,

M’a coincé sous les tiroirs,

La machine est r’partie,

En gigotant ses néons,

Pendant qu’la s’crétaire

Gigotait tout autant sur moi,

( elle sait faire avec les doigts)

Y avait un lit d’papier froissé,

Et ses lèvres un goût d’poudre d’encre,

Et l’téléphone là-bas

Qu’arrêtait pas d’sonner…

Y avait qu’à mettre la pancarte,

Ne pas déranger !

RC – nov 2015


Fleurs noires d’écriture, sur papiers translucides.

 

photo:                Bernard Faucon

 

Les pages des recueils se détachent de mon esprit,
emportées par une brise ….         Elle s’est glissée

Par les fenêtres ouvertes de mes yeux
Même sans lumière, posés à l’intérieur.

Si tu veux les lire, comme du papier translucide,
Il faut d’abord les saisir au vol        ,

Leurs     fleurs noires d’écriture,
dansent devant les regards    qui s’approchent.

Elles s’enroulent doucement,
Chuchotant leur parole,

A celui qui les lit,      les consomme
Sans pour autant les consumer.

Ce sont des oiseaux blancs
Echappés           de l’ombre du coeur….

Si tu veux les suivre,
Les pieds décollés du sol,

Et parfois                la tête à l’envers          .
>         C’est s’immerger dans un tourbillon,

Où les repères basculent,
Comme quand tu te donnes,

Au silence d’un baiser,
Oubliant la pesanteur .


RC- août 2014

 


Tu m’as crû mort – ( RC )

image: Mr  Mrs Macbeth

image: Mr Mrs Macbeth

 

 

Tu m’as cru mort,      car             passe le silence,

S’étire un temps,           qui soulève la poussière,

Et elle, doucement, en suspension,           se dépose sur la mémoire.

 

Mais la  lassitude,         ne vient pas au bout de l’existence,          par un simple assoupissement de la conscience.

J’invente une pluie,                  une vapeur,          une haleine,

des couleurs et une chanson,         que personne n’a jamais vues et entendues, jusqu’à présent  .

 

Elles parlent en mon nom,

Elles forment des signes sur le papier,

Elles n’ont pas besoin que tu regardes …

 

Et d’ailleurs, qu’y verrais tu ?

Il n’y a pas de geste visible,

Et les mouvements de l’âme, se font aussi,

Dans la discrétion.

 

 

RC – avril  2014

 

 


Aigle d’Atlas – ( RC )

 

photo Mike Heller

 

 

Oiseau au-dessus de l’Atlas,

Vois sa découpe…  Elle se prélasse

Et franchit sans ponts, ni viaducs, les vallées,

Puis se précipite dans les creux  – avalée…

Les pentes se bousculent en étendues brunes,

A cette distance, on dirait que se succèdent des dunes…

Avec peine, progresse le fil d’argent d’une rivière

Au milieu de terres altières….

Elles retiennent leur souffle,    agacées,

Et concèdent à regret un peu d’eau, lâchée,

Courant dans le pays, marqué ,

Comme  du papier froissé,

Cette eau précieuse, dont le soleil crée sa perte,

Miroite par endroit de  petites zones vertes…

 

—- Sois cet oiseau aux ailes de vent,

Appuyé sur l’air,  en s’élevant

A distance de son ombre,

Suivi par la lumière, avant qu’elle ne sombre,

Et passe derrière le couvercle,

Obstacle au jour perdu dans un cercle…

Il porte ailleurs sa cible,

Bien au-delà du visible,

Se confondent alors les blés et les seigles,

Saut à l’oeil aiguisé de l’aigle,

Et ses ailes ouvertes  tout grand,

En larges volutes  s’enivrant,

De larges espaces parcourus,

A nos propres sensations     celles de l’inconnu.

Bordant les infinis du désert,

Et l’Atlas, support de la terre…

RC – 22 et 31 octobre 2013


Aquis Submersus ( RC )

Max Ernst       aquis submersus         1919

Après,     il y a bien ce temps immobile,
La lune ,     qui reflète une horloge,
L’eau fade    où le plongeur vertical,
Cherche des coquillages improbables,
Dans une piscine étroite,

Soumise au silence,
Au mannequin figé,
Moulage de plomb
Distribuant les mauves portés,
Attentif à la nuit.

Rien n’existe,
Que la part du rêve sur le papier,
Où les ombres se posent en faux,
L’ Aquis submersus
Rejoint ce décor d’opérette.

Censure ouverte,    d’un secret entrevu,
Un espace traversé d’ambiguïtés,
Rappel lointain d’un familier,
–                  Traversé à la hâte,
Mais aux fenêtres murées.

RC – 13 septembre  2013