Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “obscur

Mon visage — endormi – ( RC )

Realistic Sculptures by Ron Mueck from Australia3.jpg

sculpture: Ron Mueck

 

Je suppose ta présence,
où précisément ? … je ne saurais dire,

      car tes yeux ont bu toute lumière,
et les fenêtres ne débouchent que sur l’obscur.

Tu es donc légère, et invisible :
mes yeux ne me servent plus,
comme si tu avais emprunté mon regard
pour te diriger , même dans le noir .

Si les ombres bougent,
tu es sans doute parmi elles,
je patienterai                       jusqu’à percevoir ton souffle
et la caresse de tes mains sur mon visage         – endormi .

man7.JPG
RC – nov 2017

Publicités

Portrait en coutures d’encres ( RC )

peinture: Gordon Cook: figure sans visage

peinture: Gordon Cook: figure sans visage

 

 

 

 

Trait pour trait, se dessine ton portrait
A la couture d’encre,
Que je parcours à tâtons,
Fin négatif dans l’obscur,
Où je perçois ton contour,
En léger creux

Ton cachet de cire.

Je n’en comprends pas forcément toutes les paroles,
Car il me faut aussi interpréter le silence,
L’espace entre les cailloux déposés,
Sous le flux de la rivière.

Mais à passer les doigts,
Sur les coutures, – et dessous,
J’ai ma petite idée
d’un volume, révélant l’espace,
D’où tu t’es dissimulée,
– l’encre sympathique –

en relation avec le texte  de  Anna Jouy  « secrètes images »

RC  – 6 octobre 2013


Retour dans un jardin d’eden ( RC )

dessin:  Hans Bellmer

 

C’est le retour dans un jardin d’eden
A l’écart des buissons, j’y ramasse des fleurs
Dont je ne vois rien,            sinon leur odeur
Me glissant sous une porte, capitonnée de laine.

Au voyage de l’obscur            … je n’y vois goutte
Il faudrait que je m’éclaire d’une bougie,
Te tenant par la main, toi,             aux joues rougies,
Quelques allers-retours, pour demander ma route…

C’est bien le chemin, je peux continuer,
Mais ne peux m’accrocher, tant les murs sont lisses…
En allant à tâtons – attention, ça glisse ! – ,
Les paroles n’ont plus cours, je vais rester muet.

Prisonnier de toi, je progresse encore
Dans un ciel, qui reste toujours obscurci,
Je me sens à l’étroit – peut-être ai-je grossi…
Je te dirai plus tard tout l’or de ton corps,

La chaleur que l’incendie parfume
La course des chevaux, que l’on monte à cru
Quand tu me presses ,          et que je rue,
Et l’océan,       de tout son poids d’écume..

Tout ce que j’ai ressenti d’un noir décor,
Eclatant d’étincelles,   bercé de tes soupirs,
Nous n’étions qu’un, lancés dans notre offrir,
A nous ruer, palpitants … en petite mort.

RC – 13 septembre 2012