Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “immobile

Cadenassés – ( RC )

3130562038_9a1bda6e11 et partout_ comme une ncessit intrieure_ crire les mots de la prsence_absence_L.jpg
Photo:           Emmanuelle Gabory

Tu connais beaucoup de gens,
qui se claquemurent , derrière les serrures
et les barreaux.
C’est comme un tombeau
        où ils s’enferment.
On ne sait si ils dorment
sur un matelas d’or .

Mais ils ne t’ouvrent pas leurs portes,
et leur esprit semble,
de même , cadenassé .
On ne sait d’ailleurs , s’ils ont égaré la clef,
ou quel lourd secret       ils gardent .
Ils sont dans un abri bétonné ,
       clos dans leur coquille.

Dans leur ciel, pas d’étoile ,
et dans leur regard,
       rien ne brille .
S’ils prennent la mer :
       pas de brise dans leurs voiles :
Comment découvrir des îles ,
       dans un voyage immobile ?


RC – mai 2017


Des yeux vagues, une page vide – ( RC )

image: montage  perso 2013

                              image: montage perso 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est  d’une  autre année que je parle.
On y entendait           une musique;
On y voyait des accords de couleur.
Tout y composait un tableau,
Ses ambiances  et ses lumières.

Je ne pourrais  dire         s’il était beau.
Ce serait plutôt à toi       de le  décrire;
Mais      …  je ne suis pas dans tes yeux,
Dans ce que tu percevais    de l’orchestre,
Et des frémissements du coeur,

Avant que la brise
N’agite les rubans,
Et que s’envolent les chapeaux.
Tu descendais le vallon,
Parmi les herbes hautes  et les  fleurs.

C’était alors un printemps  avancé,
Et pourtant des nuages serrés pointaient à l’horizon.

Je te vois maintenant,
Immobile                 et indifférente,
Et il semble  que ta mémoire     se heurte,
Aux murs clos d’une chambre,
Les rideaux            fermés à la lumière.

De tes yeux vagues,   tu contemples,
Ce qui semble             une page vide,
Et les gestes sont  difficiles.
Ils ne se referment même pas
Sur ton passé.

La musique         y est inaudible ….
Ou alors ,           a-t-elle été aussi,
Emportée               par le vent  ?

RC –  sept  2014

 

 


Madame Redon, par Odilon

Mme Redon

En  hommage  à Odilon Redon,

et en relation avec l’article  sur  les  souvenirs  évoqués  par Marcel Proust

Sans les larmes, les yeux  pleins, au regard immobile, le vertige des chevaux peints, passent en demain les belles  ors de Redon, dansent, ma neige, en cercle aériens, tourbillon vertical aux ailes enlacées, la terre se soulève  aux équidés embrassés , point de quotidien qui finit, l’aventure de l’Arc en ciel, recommence à chaque mouvement des nuées, la terre a sa chaleur d’été, les ombres sont en fumées, dissoutes dans un bleu inventé, le goût des heures demeure au temps immobile des plaisirs et des jours..

RC      mai 2011