Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “encre

Capture des ombres – ( RC )


Tu tires vers toi les lignes du jour,
tout le temps nettes ,           et elles dansent
singeant la forme des êtres ,   leur contour
mais qui n’ont pas de consistance ,
et          sur lesquelles on n’a pas de prise .

Tu voudrais bien en capturer une, la prendre par surprise
l’immobiliser,          la happer au passage,
mais elle est toujours plus leste,
et s’effarouche         au moindre geste …
peut-être en es-tu simplement l’otage ?.

Une des méthodes pour les voir disparaître ,
est d’attendre l’arrivée du soir,
                          jusqu’à ne plus rien voir :
la nuit recouvre tout de son voile noir,
endeuillant tout,     sans rien omettre .

Les ombres auraient-elles disparu pour autant ?
Ou bien au contraire   débordent-elles ,
pour tout occuper,       en s’étendant ,
profitant de l’éclipse du jour :         une brèche
avant son retour :                              le parapluie

de l’étendue de la nuit ,
à la façon d’une chauve-souris :          ses ailes
sont-elles l’ombre , elle-même ?
Ainsi jouant de l’extinction du soleil,    le stratagème,
identique à celui            d’encre noire de sèche .

RC – mai 2017

Publicités

Ce qu’on ne voit plus – ( RC )

Image: Stephane Perraud- Galerie de Roussan

 

Si tu voyages  sur ma page blanche,

Tu y percevras  toute  l’épaisseur  des phrases,

Qui s’y sont déposées,

Au fil des années,

Et que j’ai inscrites,

d’encre sympathique  ;

 

L’écriture retournant sur elle-même,

Se recouvrant et s’effaçant,

Au fur et à mesure,

Comme de nouvelles vagues,

Posant leur trace  sur le sable,

Effacent le souvenir des anciennes.

 

Bien sûr la page n’a pas de mémoire.

Tu ne feuillèteras  qu’un cahier vierge,

A la marge un peu diluée,

d’une  buée rosée.

 

L’expression nous dit,

Qu’il faut lire entre les lignes.

 

C’est  sans  doute possible,

Mais  si tu n’y vois rien,

Tu pourras juste supposer,

que l’essentiel est ailleurs,,

Que les paroles  s’envolent,

Et les  écrits  …  aussi.

 

RC –  juin  2014


L’autre réponse à l’énigme du sphinx – (RC )

 

photo Patrick McCoy

photo Patrick McCoy

Ses mots labourés par sa peau,
L’oeil sans pupille, me regarde et pleure,
Ses baisers fiévreux allongés
Sur les lettres d’un autre alphabet,
>     La bouche ouverte reste muette,
–   autre réponse à l’énigme du sphinx  –
Courbes croisées dans une encre ardente
Jaillissant,                    sans mots audibles
Comme des sillons tracés des étoiles,
Et –   jusqu’où aller pour les suivre…

RC – juillet 2014


Portrait en coutures d’encres ( RC )

peinture: Gordon Cook: figure sans visage

peinture: Gordon Cook: figure sans visage

 

 

 

 

Trait pour trait, se dessine ton portrait
A la couture d’encre,
Que je parcours à tâtons,
Fin négatif dans l’obscur,
Où je perçois ton contour,
En léger creux

Ton cachet de cire.

Je n’en comprends pas forcément toutes les paroles,
Car il me faut aussi interpréter le silence,
L’espace entre les cailloux déposés,
Sous le flux de la rivière.

Mais à passer les doigts,
Sur les coutures, – et dessous,
J’ai ma petite idée
d’un volume, révélant l’espace,
D’où tu t’es dissimulée,
– l’encre sympathique –

en relation avec le texte  de  Anna Jouy  « secrètes images »

RC  – 6 octobre 2013


Au détour d’un regard ( RC )

 

 

 

 

 

photo: Daniel Herrera -  Anna

                                               photo: Daniel Herrera                – Anna

Au détour d’un regard,

Le temps d’un éclair

Capté dans le miroir,

Ce fut ta silhouette claire,

Et la rivière de ton appel…

Cascadent des notes lumineuses

D’accords, intemporels

Une chute en abîme, vertigineuse,

S’il suffit d’une minute,

Pour que j’endure,

L’éternité d’une chute,

Soumis à ta cambrure,


Le précipice de ton sourire,

Souligné de lèvres peintes

Se rappelle à mon souvenir,

Comme l’échappée de notre étreinte.

Ta blouse entrebaillée,

Une peau de neige fraîche,

Et le désir tenaillé,

Par tes yeux en flammèches,

Fait fondre mon armure,

A chanter pour toi,

Mes encres d’écriture,

Sans explications, ni pourquois.

RC- août  2013


Gué de tes îles ( RC )

Gué de tes îles – ( RC )

1 Vote

 

dessin: Gustave Klimt

dessin:     Gustave Klimt

 

 

Traverse l’espace,

le gué des îles,

jetées sur le hasard,

Léchées par l’aube,

– Elle s’épanouit –

Sous mes mains en corolle,

Les vagues les entourent,

Et je vais,

Nu parmi les encres sèches,

Avant de retourner à la boue, *

Equilibre instable sur ce gué,

Oiseau des augures ayant perdu

Ses ailes,

A parcourir,

Sous ton regard liquide,

Les chutes du silence.

A l’air ne manque,

Que le souffle inverse

Qui m’aspirerait,

Comme il me dépossède,

Douceur et violence,

Aux îles

Basculées,

Tes courbes entre mes mains…

 

RC – 8 août 2013

* ces deux vers sont de Dominique Sorrente, dans « enjambées fauves »


Olivier – Rainy day woman

 

peinture  A  Renoir

peinture A Renoir

 

 
A ta peau, cheviller les rêves pour sécher ce vent dans nos tourmentes
Sur les plages du carnet s’évadent les spirales
Sables mouvants les mots écrits à l’encre pâle.
En défaillance de l’instant; démaquiller l’horizon.

Il faudra sans doute oublier le tout, jouer de l’inadvertance
Jeter aux hasards les sillons de murmures marins.
Cueillir sous mes doigts tes arômes, tes embruns
Sous le frisson de la plume, découvrir le soupir du mot qui danse.

 

 

du blog  le coeur funambule