Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “couleurs

Sol immobile d’hiver – ( RC )

escarg 01.png

dessin perso –  fev 2017

 

Au delà des bosquets,
De la mousse sur les murs,
des escargots réfugiés sous la bordure,
quelques pas sur les allées

et le sol immobile  d’hiver,
je crois te voir, à portée de mains,
–  même  s’il n’y a personne dans ce jardin.
Pousseras-tu un jour la grille  de fer  ?

Car dans mon esprit  tu vas  survivre,
Je patienterai, avec le retour des feuilles,
Tu mettras de nouvelles couleurs à mon deuil,

J’ouvrirai une  nouvelle page  du livre.
Un chapitre en sera le témoin :
le temps  d’une  saison,      je te rejoins .

 

 

RC – mars 2016

en écho à un texte  de Béatrice  Douvre  « le jardin »

Publicités

Des yeux vagues, une page vide – ( RC )

image: montage  perso 2013

                              image: montage perso 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est  d’une  autre année que je parle.
On y entendait           une musique;
On y voyait des accords de couleur.
Tout y composait un tableau,
Ses ambiances  et ses lumières.

Je ne pourrais  dire         s’il était beau.
Ce serait plutôt à toi       de le  décrire;
Mais      …  je ne suis pas dans tes yeux,
Dans ce que tu percevais    de l’orchestre,
Et des frémissements du coeur,

Avant que la brise
N’agite les rubans,
Et que s’envolent les chapeaux.
Tu descendais le vallon,
Parmi les herbes hautes  et les  fleurs.

C’était alors un printemps  avancé,
Et pourtant des nuages serrés pointaient à l’horizon.

Je te vois maintenant,
Immobile                 et indifférente,
Et il semble  que ta mémoire     se heurte,
Aux murs clos d’une chambre,
Les rideaux            fermés à la lumière.

De tes yeux vagues,   tu contemples,
Ce qui semble             une page vide,
Et les gestes sont  difficiles.
Ils ne se referment même pas
Sur ton passé.

La musique         y est inaudible ….
Ou alors ,           a-t-elle été aussi,
Emportée               par le vent  ?

RC –  sept  2014

 

 


Tu m’as crû mort – ( RC )

image: Mr  Mrs Macbeth

image: Mr Mrs Macbeth

 

 

Tu m’as cru mort,      car             passe le silence,

S’étire un temps,           qui soulève la poussière,

Et elle, doucement, en suspension,           se dépose sur la mémoire.

 

Mais la  lassitude,         ne vient pas au bout de l’existence,          par un simple assoupissement de la conscience.

J’invente une pluie,                  une vapeur,          une haleine,

des couleurs et une chanson,         que personne n’a jamais vues et entendues, jusqu’à présent  .

 

Elles parlent en mon nom,

Elles forment des signes sur le papier,

Elles n’ont pas besoin que tu regardes …

 

Et d’ailleurs, qu’y verrais tu ?

Il n’y a pas de geste visible,

Et les mouvements de l’âme, se font aussi,

Dans la discrétion.

 

 

RC – avril  2014

 

 


D’étranges plumes à la fenêtre – ( RC )

dessin perso  -  croquis  à partir  de boutique d'antiquité parisienne.

dessin perso – croquis à partir de boutique d’antiquité parisienne.

On garde bien au creux de son esprit,

Les chants d’amour qu’on y fait naître

De somptueuses couleurs au fond du nid,

Et d’étranges plumes            à la fenêtre.

A ne pas oser les chanter,

Et les laisser dans la maison close,

L’absence d’air va les éventer,

Aussi longtemps     qu’ils reposent…

Comment ces oiseaux sont-ils nés ?

Nul pour l’instant, ne sait y répondre…

Ce serait une génération spontanée,

Apparue sans qu’on ait à pondre…

Alors plutôt que les décrire,

J’ouvre la fenêtre            sur l’été,

En laissant la chaleur envahir,

Et donner aux chants, leur liberté.

La chair et le sang se sont faits verbe,

Et s’envolent avec ferveur,

Parmi les arbres et les herbes,

Prenant                         de la hauteur.

Il faut aussi que tu me dises,

La mélodie de ton livre,

Des chapitres à gourmandises,

Qui te rendent aussi, un peu ivre.

Les oiseaux de l’écrire,

Sont en mouvement .

…   Ils quittent les figures de cire,

Pour rejoindre le firmament.

It keeps well in the crook of his mind,
Songs of love that gives birth
Sumptuous colors at the bottom of the nest,
And strange feathers to the window.

Not to dare them singing ,
And leave them in the closed house ,
The absence of air the fan will ,
As long as they rest …

How these birds are born?
Nobody for now, no one knows answer …
It would be a spontaneous generation ,
Appeared without having to lay …

So rather than describe ,
I open the window on summertime
Leaving the heat invade
And give the songs , their freedom.

Flesh and blood are made verb,
And fly away with fervor
Among the trees and grasses ,
Taking the pitch.

We also need you to tell me ,
The melody of your book
Chapters of delights ,
That  also makes you      a little drunk.

Birds of writing ,
Are in move.
…They leave  wax figures ,
To reach the firmament.

RC – February 2014

RC-   février 2014


Le poids du ciel et des nuages – ( RC )

019

 

La musique se répand,
C’est sur le sol comme une partition,
Une peinture où se multiplient les touches,
Les notes et les couleurs,

Où se mêlent la dentelle du hêtre,
Et les plumes blanches,
La chevelure de la neige,
Et les branches élevant leur chant,

Jusque vers les nuages,
Courbées d’air pur,
Ces nuées,dessinant , selon les vents,
De curieuses géographies, et

Au sol autant de tableaux,
Filtrés de lumière,
Doigts voyageurs à travers les stations,
Distribuées à l’en vie,

Une main ouverte
Aux quatre directions,
Où le regard se perdrait
A suivre la migration,

Vers un au-delà inconnu,
De générations d’oiseaux,
Interprétant à leur tour,
Le langage des saisons,

S’appuyant sur le ciel,
Dominant la terre,
De tout son poids d’air,
Traversé de la courbe solaire.

RC –  décembre 2013

( réponse à un texte écrit par Hélène Cassagnes ).


Juste avant la falaise – ( RC )

peinture  Claude Monet…  falaise dans le pays de Caux (  Dieppe )

Ce sont toujours les mêmes,

Ou bien les semblables,

Ces vagues qui viennent

Au pied de la falaise, insaisissables.

 

Ces vagues dont le choc palpite,

Résonnent au pied de la maison,

Celle que nous avons construite,

Ouverte sur l’horizon.

 

Te souviens -tu , amie

De la couleur, des murs

Que nous avions choisie,

Azur , comme celle d’un temps pur ?

 

De celle de la côte anglaise

Et le pré suspendu avant de chuter,

Juste avant la falaise,

Sous laquelle nous aimions nous promener ?

 

Mais le sourire s’en est allé,

Les couleurs ont perdu leur fard,

Avec l’arrivée de nuages, blafards ;

Et le gris s’est installé.

 

En couvrant de tristesse,

La maison où je vis seul,

Aux fenêtres, les rideaux linceul,

Que les vents pressent.

 

Cette maison au regard livide,

Vit maintenant sans tes caresses,

Quand, à l’envol des promesses,

Répondent les pièces vides…

 

Les volets battent sur la façade,

Les herbes se courbent sous un vent rude,

Les arbres, – d’abandon et de solitude,

Toutes les teintes sont devenues fades.

 

Face à la mer immense,

C’est comme un défi inutile,

Notre maison est comme une île,

Livrée à l’assaut des flots, sans défense.

 

Chacune des vagues pèse,

Ainsi, la côte recule,

Ainsi, mon cœur . Il bascule,

Et sera emporté aussi, au pied de la falaise.

 

Il suffit d’un jour de tempête,

D’un ouragan de rage,

Emportant tout sur son passage,

Et même les peines secrètes.

 

Je vis en terrain instable,

La mer peut bien venir,

Et tout recouvrir,

Comme un fragile château de sable.

 

RC – 8 décembre 2013


Echo circulaire – ( RC )

photo perso - Chanac -  10 novembre 2013

photo perso – Chanac – 10 novembre 2013

Sous les draps de gris
Combattant la pluie,
Qui va,
En semailles passagères

Occuper quelques heures monotones,
De mémoire oublieuse,
Les ondées d’automne
Nourrissent les herbes grasses.

Cette vallée scellée d’une chape sévère,
De sombres tapis de pins,
Fermant le regard,
Aux détours d’un chemin,

Alors que s’échappe,
Du basculement des nuées,
L’or d’un pinceau,
Bondissant sur les sommets.

Il court à la vitesse du vent
Quand l’horizon se rebelle,
Dénudant ses roches,
D’abrupte lumière .

Son écho circulaire vibre.
Il traverse aussi vallons et prés,
Et jette sur la pénombre,
L’échantillon complet des couleurs.

Avant qu’elles ne se perdent,
Epuisées de leur audace,
Dans la courbe descendante
Du jour qui s’efface à regret.

RC – 11 novembre 2013

photo perso - Chanac -  10 novembre 2013

photo perso –   Chanac – 10 novembre 2013    -(garanti sans manipulation  postérieure d’image)


Lettres flottantes ( RC )

photo:       Anne Addie, inspirée par  Andy Goldsworthy

Je laisse s’écouler, ces étendues sauvages du coeur,
Dont je ne vois pas les tourbillons,
Sous sa surface , étale.

A cette accalmie de l’eau épousant chaque recoin
Qu’on lui offre  ,            Ces bribes de mémoire,
Sont comme des feuilles roussies.

Elles dérivent lentement, marquées d’or
Et posées, comme des lettres d’alphabet,
> Suivant leur destin d’automne,

A former des phrases,
Que je ne pourrai lire,
Seulement avec des yeux qui ne sont pas les miens.

Un message d’un éventail de couleurs,
Retenues, comme ton souffle,
Un instant par un bois bloqué sous une pierre.

–      Mais elles s’enfuient lentement,
Sous la voûte des branches,
Et se bercent de remous, plus loin,vers le pont,

Ecrivant peut-être,
Dans un rai de soleil et de brume,
Une lettre qui me serait adressée…

Je ne sais…
….Un signe de ta part,
Porté par la ronde des saisons.


RC – 12 octobre 2013

Art:           objet « incidental »      Andy Goldsworthy


Les instants recourbés par le vent ( RC )

dessin – pastel:           Marie-Christine Blanc

Les instants recourbés, animés par le vent
Déposent en collier aux fronts des pêchers
Des nuées de roses, saluées par les oiseaux
Qui préparent une fête, au futur de l’été.

C’est une odyssée; elle se renouvelle chaque année
Dessinée d’habits neufs, de frondaisons franches
Où se déverse la lumière, en corne d’abondance
Etalée de tout son poids, sur la terre avide

Que déménage en douceur, la fête des pousses
A jouir du printemps.   C’est une course
A prendre les devants de chaque instant
Et oublier l’hiver, en virée des couleurs.

RC