Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “bonheur

Il n’y a plus rien à lire – ( RC )

407949521_1280x720

C’est peut-être encore le vent,
qui arrache les feuilles du carnet,
et la pluie efface aussi
consciencieusement
ce qui est écrit.

Il n’y a plus rien à lire,
et le bonheur s’en envolé,     aussi .
Les éléments se sont donné le mot,
et préfèrent porter les oiseaux
dans leur vol au long cours.

Peut-être ouvrirais-je un jour,
ma fenêtre à un pigeon voyageur ,
avec un message
qui me viendrait de toi
depuis que tu ne réponds plus à mes lettres.

RC – janv 2019


L’effet multiplicateur – ( RC )

 

peinture  A  Modigliani

peinture A Modigliani

 

 

 

 

 

Du côté espoir,

Il suffit d’un regard
Pour traverser le miroir.

Ainsi les rêves m’apportent
Ton sourire , en quelque sorte,
Ouvrant tout grand d’autres portes.

Je ne saurai dire si c’est le bonheur,
quand s’ouvre sur le cœur,
Son effet multiplicateur ;

Et du miroir, à facettes…
Une atmosphère de fête
se bouscule dans ma tête .


Un ciel couleur orangé, progresse à cheval sur le vent – ( RC )

 photo perso - Bages.  Aude
photo perso – Bages- Aude

Un ciel couleur orangé,

Progresse à cheval sur le vent.

Ce sont les premiers frissons d’octobre,

Les nuages s’effilochent,

Et déjouent le parcours des branches,

On les dirait emportés,

Echarpes légères,

Vers un matin qu’on ignore encore.

 

Celui d’un cœur que l’on sonde,

Et qui bondit , dans l’attente,

D’une sonnerie du téléphone …

Il me dirait ta voix chantante  .

Quand elle me parvient,

Je me sens rassuré,

C’est une  étoffe douce,

Qui m’enveloppe.

 

Oui, je regarde le nouveau jour,

Et , une tasse de café à la main,

La nuit finit par disparaître,

A mesure que je la bois .

Je te verrai demain,

Est-il possible que le bonheur,

Me rejoigne enfin ?

Comme il t’enveloppera …

 

Un nouveau matin,

Encore, et tu seras là,

Baignée de lumière orangée

De la tête aux pieds.

RC – sept  2014


Installé sur ton arbre (RC)

art:       Pierre Alechinsky

Comme  je  voletais  de ci de là
J’ai trouvé l’espace libre et je m’y suis mis
Installé  sur ton arbre, la branche amie
Elle  était douce, moelleuse comme matelas

L’automne  avait déserté le deuil
Les couleurs  étaient en tapis de peinture
Autour de ton tronc, belle garniture
Le vieux  chêne  gardait quand même quelques feuilles

J’irai prendre un verre de whisky,
Et pour qu’un peu, je me penche,
Sur les veines de tes branches,
–     Les encres d’Alechinsky   –

Adossé à la baie  vers le port
Au mystère  d’écriture je te lirai
Et d’un grand orage je m’enivrerai
Aux pages feuilletées, j’en ferai bonheur.

 

RC-     29 novembre 2011,         modifié septembre 2013

 

En réponse à  « cette nuit… »,  le poème d’Adeline  que l’on peut  lire ici…