Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “barreaux

Cadenassés – ( RC )

3130562038_9a1bda6e11 et partout_ comme une ncessit intrieure_ crire les mots de la prsence_absence_L.jpg
Photo:           Emmanuelle Gabory

Tu connais beaucoup de gens,
qui se claquemurent , derrière les serrures
et les barreaux.
C’est comme un tombeau
        où ils s’enferment.
On ne sait si ils dorment
sur un matelas d’or .

Mais ils ne t’ouvrent pas leurs portes,
et leur esprit semble,
de même , cadenassé .
On ne sait d’ailleurs , s’ils ont égaré la clef,
ou quel lourd secret       ils gardent .
Ils sont dans un abri bétonné ,
       clos dans leur coquille.

Dans leur ciel, pas d’étoile ,
et dans leur regard,
       rien ne brille .
S’ils prennent la mer :
       pas de brise dans leurs voiles :
Comment découvrir des îles ,
       dans un voyage immobile ?


RC – mai 2017

Publicités

La maison de verre – ( RC )

maison-de-verre-Le-Cirva-au-Musée-Cantini-Marseille-slide.jpg

sculpture J-Luc Moulène –  » for birds » ( verre moulé et cage  – CIRVA  Marseille)

 

Et ce sera un sortilège,
la maison serait transparente,
donnant sur les prés
les branches qui se balancent ,
au-dessus du toit .
On verrait à travers elle :
de l’autre côté
se continue l’horizon.
Les plus hauts murs
et le fouillis des villes
m’ignorent .
Les pierres sont lourdes et tranchantes ,
le désert est ailleurs.

Le vent se lève et berce les étoiles,
mais je ne m’en aperçois pas .
Je suis dans la maison de verre :
elle voyage, lovée sur elle-même,
n’a que faire des pluies et
des écharpes de brume .
Les tempêtes n’arrivent pas jusqu’à moi.
La maison est close, les portes
ne s’ouvrent pas .
C’est un lieu à l’écart du monde,
une bulle, une fenêtre tout entière,
Malgré qu’elle n’ait pas de barreaux.

Je n’en sortirai pas.

RC – juill 2017


La pièce blanche – ( RC )

Hosp  ----- ttm  01  flare

C’est une pièce blanche ,
Dont je n’ai pas la clef.
Le lit chromé aux bords arrondis,
Le sol aux carreaux blancs,    aussi .

Je ne sais ce qu’on attend de moi.
Rien ne sort d’ici,
Même pas la vue,
Compressée           par de hauts murs .

Les fenêtres qu’on ne peut pas atteindre,
Trop hautes et closes d’opaque,
Fermées aussi sur la mémoire,
Sous des néons blafards .

Les jambes lourdes et fatiguées,
De cent pas                dans l’immobilité,
J’ai laissé des souvenirs se dissoudre,
Dans un placard à pharmacie .

Je pourrais compter,
Pour déjouer         un sommeil vain,
Comme on compte les moutons,
Les voitures qui circulent.

Attachées dans leur mouvement,
Au goudron d’une avenue proche,
Engluées         comme des oiseaux,
Dans la marée noire de leur nuit.

Je ne peux secouer la mienne,
Pour retrouver mon enveloppe,
Et réapprendre mon nom,

 Qu’avec des barreaux blancs.

RC – sept 2014

photo  transformation perso

photo transformation perso