Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Articles tagués “argile

Je n’ai pas gravé d’alphabet dans l’argile – ( RC )

 

Afficher l’image source

 

Je n’ai pas gravé d’alphabet dans l’argile,
ma mémoire se croise
avec d’autres langages
et peut-être les pétrit à sa façon.

Mes gestes n’ont pas laissé de trace,
et parfois leur sens m’échappe,
entrecoupés de ceux que j’ai apprivoisés
dont la provenance ne m’est pas connue.

Je ne sais pourquoi, à l’instant,
me revient en pensée la Victoire de
Samothrace: comme une figure de proue;
elle n’a pas de tête mais des ailes immenses.

Traversant les siècles,
elle est pourtant énigmatique,
mais davantage déchiffrable
que les écritures oubliées.

Une vie ne suffirait pas
pour savoir où elle nous conduit,
ni savoir de quoi elle est née.
C’est que celui qui l’a sculptée n’a pas laissé de traces.

Pas davantage que la trace de ses doigts dans l’argile,
ni le reflet des étoiles dans ses yeux.
La puissance créatrice a grandi démesurément
en effaçant le souvenir même,      du créateur.


Sculpteur d’un sourire – ( RC )

Afficher l'image d'origine

Art:  Sculpture IFE  ( Nigeria )

 

Si tu dors encore,
je caresse le dessin de tes lèvres,
elles me chuchotent un sourire .
        Il est venu des profondeurs    :
de celles du sommeil et de la terre.
Je pétris l’argile humide,  à ton image.

Je peux te toucher:
il y manque  juste  ton souffle,
et mes yeux  sont une caresse :
     bientôt,    tu vas m’offrir  ton ombre .
Je vais l’enserrer et m’y fondre,
et    devenir glaise à mon tour .

RC  – nov 2016


Anne-Marie Kegels – Je t’aimerai sans toi…

peinture: Karel Appel  1958

                     peinture:      Karel Appel 1958

 

 

Je t’aimerai sans toi. ne me fais jamais signe.

Un ajonc peut flamber sur la lande à midi,
solitaire en son mal et seulement nourri
d’argile avaricieuse au bout de sa racine.

Enterre au fond de toi mon nom ensommeillé.
Reste plus ténébreux qu’un buis de cimetière.

Je t’ai volé jadis les neiges de janvier
et j’ai coupé sur toi mes plus hautes javelles.

Va, ressemble à un mort.

Debout dans mon désert
je sens bouger en moi des foisons de semences.

L’amour qui te cherchait dans sa famine immense
t’a dépassé enfin et brûle l’univers.

Anne-Marie Kegels Haute Vigne, 1963