Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Archives de avril, 2021

La rose du bar – ( RC )

La Malène rose de bar 02

photo perso – bar de la Malène – ( 48 )

 

Rose de bar,
   un murmure,
       un soir,
    la nudité du mur,
un convive de pierre,

une médaille de soleil,
dissimulée par le lierre,
petit oeil vermeil,
portant robe de soie :

– rien de commun
avec celle du bégonia –
        habillée d’un parfum
       et parée de lumière,
celle qui la sculpte et la frôle :

Existe-il sur terre
un ange dont l’auréole
reste visible ?
Fi de la pesanteur du noir :
        paisible,        s’exhibe
            ma rose de bar….

 

RC – août  2020


A Sète, la mer attend que le soir se pose – ( RC )

Le cimetière marin de la ville de Sète - YouTube

Tout en haut de la ville de Sète,
la mer attend que le soir se pose,
elle ressemble à un mur qui se dresse .

Il n’y a plus d’ailleurs.
Le soleil se rapproche des vagues,
et ce sont des milliers d’yeux qui clignotent.

Il y a sans doute aussi, de même,
des bouches, des lèvres et des murmures,
qui se prolongent sur le port .

Les ombres des croix
du cimetière marin s’allongent sur le sol .
On dira bientôt que le jour dort.

Mais il n’est jamais mort: chaque jour le matin revient
à peu près à la même heure :
le désir ne meurt pas de sitôt .

RC- nov 2020


Je n’ai pas gravé d’alphabet dans l’argile – ( RC )

 

Afficher l’image source

 

Je n’ai pas gravé d’alphabet dans l’argile,
ma mémoire se croise
avec d’autres langages
et peut-être les pétrit à sa façon.

Mes gestes n’ont pas laissé de trace,
et parfois leur sens m’échappe,
entrecoupés de ceux que j’ai apprivoisés
dont la provenance ne m’est pas connue.

Je ne sais pourquoi, à l’instant,
me revient en pensée la Victoire de
Samothrace: comme une figure de proue;
elle n’a pas de tête mais des ailes immenses.

Traversant les siècles,
elle est pourtant énigmatique,
mais davantage déchiffrable
que les écritures oubliées.

Une vie ne suffirait pas
pour savoir où elle nous conduit,
ni savoir de quoi elle est née.
C’est que celui qui l’a sculptée n’a pas laissé de traces.

Pas davantage que la trace de ses doigts dans l’argile,
ni le reflet des étoiles dans ses yeux.
La puissance créatrice a grandi démesurément
en effaçant le souvenir même,      du créateur.