Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Archives de septembre, 2020

Pour aborder la nuit – ( RC )

peinture: Paul Delvaux –  Le paysage aux lanternes, 1958

D’un grand chemin              vers l’immobile,
les ombres bleues s’étendent, et les heures défilent :
La lune blanche semble montrer la voie ,
et ton visage reste froid.

S’il demeure ton image,
quelque chose a quitté son rivage,
sans bruit,
pour aborder la nuit .

C’est ainsi,              et c’est la loi .
Ce qui reste n’est plus tout à fait toi
C’est bien la conséquence
de ton absence .

S’il s’agit de te survivre,
sache que je ne peux te suivre,
dans ton voyage solitaire ,
étant encore attaché à la terre

à mon corps défendant,
puisque c’est bien le corps pesant,
qui me retient ,       à présent ,
mais s’use doucement…

quels que soient l’heure et le lieu,
le départ est fastidieux :
avancé ,     sans qu’on n’en sache la raison,
retardé         pour qu’on termine l’oraison.

Du programme , on ne connaît pas le détail ,
l’âme profitera        de la moindre faille
                          pour fausser compagnie
tant elle aspire à l’infini …


RC – fev 2018


D’aube en aurore, ma mort provisoire – ( RC )

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est coeur-rouge-sur-fd-vignes-chez-j.jpg

Montage – RC

D’aube en aurore,
mille fleurs de soleil à éclore,
l’espérance , valse les petits matins,
ivres encore de ses attentes

sels et sables d’une mer inachevée,
stature immobile des rocs,
dents acérées des écueils,
et le désir qui s’étire,

ciboire de vin de jade
entre tes mains
avides de vendange,
et d’impatience

autant les âmes se perdent
dans la pulsation du jour.
J’ai scellé mon destin
dans ce chant en suspens

juste avant mon trépas
– provisoire – .

RC- sept 2020