Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Archives de novembre, 2014

Long est encore le chemin du calvaire – ( RC )

 

,Adriaen Pietersz van de VENNE,          Danse de la mort ,      1630

 

Dans la rue je fixe les morts et me moque des vivants .

J’emprunte un masque, à mon corps défendant,

Et souris , derrière lui ,         pestiféré,

Aux mensonges maintes fois proférés.

Je ne pourrai plus rien faire,

Que creuser loin dans la terre,

Fuir la tourmente et les vents,

Les grains de sable, s’infiltrant entre les dents.

Ceux qui restent – des vivants encore debout

Sont pourtant       collés à la boue ;

Ils ne se savent pas encore condamnés,

Et             par l’air,  emprisonnés.

Plus que quelques minutes avant l’éclatement des cellules,

Déjà, le sang qui me reste,     coagule

C’est un arbre en moi,        qui se fige,

Me transperçant de ses tiges.

Long est encore le chemin du calvaire,

Sous mes pieds grouillent      les vers,

Avides de ma chair        en lambeaux,

Dans le festin d’un tombeau.

Je fais le tour du propriétaire,

Avant de sauter,     les pieds joints,      en enfer

De la bordure du Styx,         on en devine la rive

Et, comme  il se dit :…                     »  qui m’aime me suive  « .

 

RC  – août 2014

 

 


Etourneaux d’Uzès – ( RC )

Les premières pluies sérieuses, ont vidé la place,

Seules les arcades, celles que l’on nomme « couverts »,

Sont encore illuminées ce soir,

Et   les visiteurs sont rares,

Dans les rues d’Uzès.

Dans la grande place aux couverts,

Les platanes sont comme candélabres,

A leur pied, les feuilles roussies,   balbutient,

Un souvenir d’été,

Sous un ciel indigo.

Le voisinage des boulevards,

Se courbe dans une voûte,

Sous la coupole des branches,

Prêts pour un futur ailleurs  .

Des milliers d’étourneaux              tissent,

De leur bruissement,

Une étoffe impalpable,

Suspendue dans les arbres,

Et     au baiser de l’automne.

RC – oct  2013


Sur les marches, comme s’égrènent les jours – ( RC )

esca  amphi   _   --   ttt1960

Assis sur les marches,
Comme s’égrènent les jours,
Vont-elles vers le bas,
Ou s’envolent-elles quelque part ?

On ne saurait dire …

Le temps de l’attente,
– Que la lumière,
Fasse plusieurs fois
Le tour de la terre,

Il y a des journées immobiles,

Et rien ne venant infléchir
La courbe du temps .
Juste ces fleurs,
Tenues à la main.

Elles ont perdu leur parfum.

Je les ai vu se flétrir,
L’absence les a desséchées…
Sur les marches de pierre,
Où je suis encore assis .

RC- mai 2014


Une terre gelée au sang des veines rompues – ( RC )

 

Une terre froide, souvent couverte de blanc,

Noire,           dessous.

Des femmes et des hommes emmitouflés,

Les habits sombres.

 

Forêts denses de pins serrés,     convoquant l’obscurité,

Les traits légers des bouleaux,                         bardés de blanc,

En contrastes accentués,                                 dessinent un arc,

Autour de la ville morte.

 

Elle a été.

Et de ses murs éclatés,            tombés sous les bombes,

Aux noires traces                                   de l’incendie,

La neige a tout recouvert.

 

On n’y distingue plus ,   avec ces monticules,

Défaisant son visage,

–                         Plongé dans le sol.

Une terre grasse,  mais gelée au sang des veines          rompues .

 

S’est ensevelie peut-être aussi       la mémoire,

Les fenêtres du jour couchées dans la brume,

Et celle des enfants morts…

Leurs chemins se dérobent en une incantation….

–    Ils n’auront        plus jamais de souvenirs.

 

Aux heures anciennes ,            demain sera encore hier.

Comment oublier ce qui n’a pas eu lieu ?

 

– RC- février 2014

( ce texte prend  pour base,  celui de Dominique Boudou, visible sur son site ) –


Champ du blanc – ( RC )

 

 

 

photo:       Cristina García Rodero

CristinaGarciaRodero -silh  au drap susp

Egaré dans un champ vertical,
Tendu sur un fil,
Découpé en une forme,
Accrochée aux plis humides …

Le soleil se déplace et m’éblouit,
… Je serai bientôt bu par le blanc ,
Effacé aux yeux de tous,

Déjà ondulant,    et poussé par le vent,
Jusqu’à sortir de la toile,
Et perdant ainsi mon ombre.

RC – avril 2014


Le sentier lumineux du promenoir – ( RC )

photo:             Ribena Wrath

Mes mains se sont incrustées dans ta peau,
Et ton corps qui divague,
A la mer aux mille vagues,
Je suis un bateau…

J’ai le coeur qui flanche,
A graver sur l’océan, mon sillage,
Quand aux termes du voyage,
Tu ondoies aussi des hanches,

…Si c’est basculer dans l’oubli,
Après le parcours les collines,
Les doigts accrochés de senteurs salines,
Aux ondes plissées de ton lit,

Quand le désir                   se repose,
Il n’a ni commencement,    ni fin ,
Mais ressuscite,         tout à sa faim,
Il nous combine,       et superpose …

Ma bouche               garde en mémoire,
Le goût de la passion,            en fruits,
Toujours présent, au coeur de la nuit,
>        Sentier lumineux de promenoir.

RC – mars 2014