Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Archives de février, 2014

Constantin Jelenski Berkeley – Pauline, le lit raide aux trois coussins

 

 

 

Pauline, sa chambre derrière les communs,
une fenêtre sur le verger
où je ramasse les poires blettes près de la porcherie
en pressant sous mon gros orteil la boue chaude du fumier,
l’autre fenêtre sur le puits (j’aime baisser le seau
et faire bondir les grenouilles vertes qui l’habitent).
Pauline,         le géranium,       le froid de la terre battue,
le lit raide aux trois coussins
le crucifix en fer et les images des saints
ornées de palmes et d’une rose.
Pauline      est morte depuis longtemps    mais elle est
Et j’en suis sûr,        pas seulement dans ma conscience.
Au-dessus de son visage sévère de paysanne lituanienne
bruit le fuseau de colibris ,    et ses pieds plats usés
sont aspergés d’une eau de saphir où des dauphins
courbent l’échine plaisantent.

 

Constantin Jelenski Berkeley, 1961

Publicités

Le premier horizon – (RC )

photo: Lauren Reilly dans le style  de A Goldsworthy

photo: Lauren Reilly dans le style de A Goldsworthy

 

C’est sous la neige,
Que nous tissons la patience.
Une couverture épaisse,
Qui petit à petit s’affaisse,

Lorsque le corps,
Par sa chaleur,
Dessine son contour en creux,
Les graines de neige se confondent .

Pour toi, il en va de même …
..Nous étions dormants,
Sous un grand lit blanc,
Cachés au regard des gens.

Bientôt nous nous réveillerons,
Accompagnés de gestes mouillés,
Nous nous découvrirons,
Roulant dans nos mains un peu de sable,

Et nous serons,
Tels que nous nous étions imaginés,
Issus de la terre tiède,
Le regard posé sur l’autre,

Comme premier horizon .

RC – février 2014


Cavalleria Eroica – ( RC )

sculpture:  Arman  Cavalleria Eroica   2004

sculpture:  Arman                 Cavalleria Eroica 2004

C’est une bataille de grand renom,
Des hommes, contre des canons,

La Grande ou la première,
Aux avancées meurtrières…

Se rue ,            grande cavalcade
Bientôt en dégringolade,

Comme se mène,   la charge furieuse,
Devant de froides mitrailleuses

Et voila notre escadron fauché
…A terre          la grande chevauchée

Dans les branches, les chairs éclatées,
Plantes nourries de membres étalés,

Découpés en lanières,
Boue sanglante, de guerre aventurière,

Jusque aux lèvres des tranchées,
D’une soif de sang jamais épanchée…

C’est une peinture d’histoire, ce tableau,
Sombre,                   aux accents de Waterloo.

RC  – février 2014


Je te savais capable, d’élever des murailles – ( RC )

photo  Gwen Coyne

photo:          Gwen Coyne

Juste au bord des éléments,
Ta voix déviée par le vent,
Plongeant dans l’entaille

Je te savais capable,
D’élever des murailles,
A dériver longtemps,

Au creux du firmament,
Des châteaux se sable,
Ceux d’une enfance,

Arc-boutés en résistance
Se prolongent chaque matin,
Accompagnées de tes rires,

A refaire et à re-construire
En un tournemain,
Ce que la mer a détruit,

Elevant des remparts,
Contre la puissance des flots…
>             Un orgueil inutile ?

A dresser une île,
Toujours provisoire,
Survolée des oiseaux.

Et tes gestes recommencés,
Nourris de mots bus,
Etaient comme des notes,

Que l’on voit danser,
Dans l’obscurité d’une grotte,
Où l’on est pieds nus,

Fragile devant l’immensité,
Devant le fracas et le bruit,
Et l’épaisseur de la nuit.

Nous faisons cercle autour d’un feu,
Encerclés des ombres des rochers,
Et des vagues prédatrices,

Bien sûr il ne restera rien du château, ou très peu,
Pas une trace, pas une cicatrice,
Mais nous viendrons recommencer…

RC – Novembre  2013


Ecrire et ouvrir le chemin – ( RC )

peinture  hollandaise - auteur inconnu

–        peinture hollandaise – auteur inconnu

Si ces jours les cloches  tintent,
A toute volée,

Et te font  cortège,
Ce n’est pas le glas

Qui te précède,
Mais,                     tes pieds,

Soulèvent la poussière,
Et  te cachent un passé qui n’est plus.

Aussi c’est         le rappel d’une vie,
D’étendues de rocailles,

Rébellions d’enfances,
Fêtes païennes,  et épousailles,

Boire  à leurs sources,
Comble en partie ta soif…

Je te vois  écrire,
Et ouvrir le chemin devant toi,

Tu  n’est plus en retard,
Sur ce que tu vis.

RC – 2 décembre 2013  (  variation sur le texte  de René Char ci-dessous)

tu es pressé d’écrire
comme si tu étais en retard sur la vie
s’il en est ainsi fais cortège à tes sources
hâte-toi
hâte-toi de transmettre
ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance….
essaime la poussière
nul ne décèlera votre union.

( René Char )


Grande couverture blanche – ( RC )

peinture: Claude Monet                        peinture:            Claude Monet

Arrivée en silence
Au milieu de la nuit,
La grande couverture blanche,
Absorbe tous les bruits.

Douce et moelleuse,
De tendresse,    comme s’ enlace,
Habille,                 en amoureuse,
Tout ce qui dépasse

Elle recouvre les noeuds les plus obscurs,
Les plis de la terre
Les carcasses de voitures,
Ainsi, les cimetières.

Coeur de la nuit phosphore,
Arbres verticaux d’immobilité,
Accrochés au bord,
Pointés dans l’obscurité,

Leur crinière de branches,
Bardée de neige,      qu’on distingue à peine
Sous la nocturne étendue blanche,
Flocons-papillons,  de multitude incertaine,

Se pressent                 dans leur chute lente,
Gommant toutes les limites,
Lointains        et attentes,
Déversés,          en silencieux rite…

Par centaines de milliers,
De cornes d’abondance ……
Modelé ,               le paysage familier,
Redessiné             en confidences.

Monts et montagnes dévalent,
Et , oublient leurs failles
Que la grande couverture avale,
En négligeant les détails.

Des haillons     et des fringues,
Des hêtres,     des pins et ormes,
Bientôt plus rien ne se distingue,
Sous             le nouvel uniforme.

Les pauvres      et les riches,
Recouverts du même manteau,
Les vignobles et les friches,
Voyagent incognito,

Lorsque         le blanc s’invite,
Et gomme les différences….
En métamorphose gratuite,

Quand l’hiver s’avance.


RC- février 2014


Caché derrière la robe de la nuit – ( RC )

–                                photo :          National Geographic

Chaque soir je vois
Dans le rectangle
De la fenêtre,
Un pendule brillant,
Peut-être un miroir,
Qui lentement oscille …
Fort de ses secrets
Au-dessus des nuages.

Il se cache,
Derrière la robe de la nuit,
Et parcourt le monde,
Vers des destinations inconnues.
certains disent que c’est une princesse
Elle finit par disparaître,
Effacée , comme ma mémoire
Au bout de mon sommeil,

La face cachée d’un être,
Sombre dans l’inconscience …
Personne ne peut dire
Ce qui se passe dans son envers,
Et le pendule des songes
Apparaît lui aussi
A l’autre bout du monde,
Quelques heures après.

Je me demande qui le tient,
Où va celui
Qui se guide ainsi,
En prenant soin
De ne jamais toucher terre.
C’est peut-être
L’oeil unique
D’un cyclope attendri,

Auquel on a confié
D’abaisser et lever,
Chaque jour le rideau
De la nuit.
Il veille toujours
A son déroulementement
Et une fois le travail accompli,
S’efface discrètement.

Derrière le soleil.

RC  – janvier  2014


Juste un fil – ( RC )

photographe non identifié

photographe non identifié

Comme des crépuscules

comme en plein jour,

Juste un fil,

Clair dessine un contour,

Je te vois à contre-jour

Et tu éclipses,

Le poids de la lune

Dans le corps mis à la blancheur,

Mais à sa face cachée…

Et les courbes se croisent,

Je ne les vois,

Qu’avec les doigts,

Et la peau tendue en est l’écho,

Jusqu’à la soie brune,

Juste devinée…

Au-dessus, se penchent les arbres,

En dentelle, dans l’indigo,

Le silence, juste parcouru,

Par ton souffle.

RC  –   janvier 2014

en liaison avec le texte  de Lambert Savigneux dans  « le regard d’Orion » 


Vétu de gris et de bleu – ( RC )

photo perso dec  2013

          photo perso dec 2013

 

J’attends l’aube,

Vétu de gris et de bleu,

En voyage d’insomnie,

Je pense au monde,

Qui poursuit sa course,

Et attend que se lève le jour,

A l’oraison des amours,

Le clairon du matin,

Les fleurs éteintes à la main,

Et plein de choses minuscules,

Qui s’ouvrent et dansent,

Chuchotent et se ferment

Si le ciel trépide,

Sous un couvercle lisse,

Sans une ride,

Et que l’on peut suivre,

Même un matin de givre,

En posant ses pas,

Sur les herbes cassantes,

Et la boue des chemins,

Rendue solide,

L’espace d’une nuit,

Qui se resserre,

Sous un œil fixe.

Il luit,

C’est la lune attentive,

Alors que tout autour,

Les limites et contours

Se confondent

Suspendus dans l’incertain ,

  • Fantômes du demain.

– RC – décembre 2013

photo perso dec  2013

photo perso dec 2013


Antoine Carrot – D’une saison que reste-t-il

 

photo: Joakim Eskildsen

photo: Joakim Eskildsen

 

D’une saison que reste-t-il
des mots du sang versé des équivalences
le souvenir d’une poursuite
dans les replis du village.

Comme si le pas était un fruit
qui retomberait en poussière
comme si le vent pouvait retenir la feuille
comme si l’ouvrage était l’oubli.