Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

L’art africain au Burkina-Faso – les lobi


-En me  référant à l’article de  » Jean Pierre Caillon   – french Doctor », pour  le  côté  historique, – ( voir plus bas )je voulais  compléter  par  le côtéartistique, car leur production se différencie  de celles  des ethnies  voisines…

photo perso: partie sculptée de tabouret traditionnel 01

photo perso: partie sculptée de tabouret traditionnel 02

photo perso: partie sculptée de tabouret traditionnel 03 le "fond" est un tissu bleu touareg

photo perso: partie sculptée de tabouret traditionnel 04

tabouret traditionnel ( à 3 pieds pour les hommes, 4 pour les femmes )

La particularité de l’ethnie Lobi est surtout d’avoir pu conserver bon nombre de ses traditions en résistant à  tous les envahisseurs, qu’ils fussent africains ou colons européens. Leur architecture (cases fortifiées en terre cuite) témoigne de cette hostilité, avec des cases distantes les unes des autres d’une portée de flèche. Les Lobi sont animistes à  part entière. Ils ne possèdent pas de pouvoir centralisé. La seule autorité est celle du père de famille. La femme occupe une place très importante.

Statuette anthropomorphe présentant un chef assis à l'expression boudeuse

Ils profitent de la saison sèche pour fêter les grandes funérailles réunissant de nombreuses personnes. Le Tan (bière de mil) coule alors à  flot… dans des marchés, des concessions familiales, nous rencontrerons ces autochtones d’un autre temps. Ce peuple pratique également de nombreuses initiations dont le djoro qui est encore de nos jours un facteur incontournable d’intégration sociale.

statuette de couple Bateba

Chaque village possède féticheur (prêtre attaché au service d’un fétiche – ou divinité -), sorcier (avec pouvoirs surnaturels), charlatan (= devin).

Photo perso : Fétiche Lobi de fécondité

Le long de la frontière occidentale du Ghana et sur la moitié est de la frontière ivoirienne, dans l’une des régions les plus défavorisées du pays, plusieurs ethnies apparentées, au passé parfois commun, forment l’une des communautés culturellement les riches du pays. Lobi, Dagari, Gan, Birifor, Pwe et Dan se répartissent ainsi un vaste territoire autour des villes de Goua, Loropéni, Batié, Diébougou et Dissen. Principalement présents au Burkina Faso, ils comptent cependant de nombreux villages au Ghana et en Côte d’Ivoire. Il est commun d’appeler  » Lobi  » cet ensemble d’ethnies sans limiter cette appellation aux Lobi proprement dits.

Mais les Lobi se distinguent  aussi par un habitat particulier…

L’escalier permettant d’accéder  au toit terrasse, a ses marches  taillées  dans un bloc,  comme les  escaliers  Dogon du Mali – ,   il peut être retiré dans le souci de préserver l’habitat contre des éventuels assaillants

photo perso: Gaoua, dans l'enceinte du musée - partie d'habitat avec poteries au sol- pour voir les images à la taille réelle, cliquer sur l'image

dont un habitat « musée » peut être visité  ( dans l’enceinte  du musée d’art Lobi, à Gaoua…)  et on peut  bien entendu en voir  dans des villages  et chefferies  alentour.

A  noter  que ce musée  est intéressant pour  comprendre  l’origine des prénoms,  l’usage  traditionnel  d’objets  tels  que la poterie,  la fabrication d’objets en fer  dans  des petits  haut-fourneaux,  les  cérémonies, et bien sûr l’art sculpté  (  fétiches, statuettes)

photo perso: sculpteur de cannes ( et des tabourets - voir photos plus haut)... dans un village proche de Gaoua

photo perso: le guide "Bebe", et un tabouret traditionnel, en cours de fabrication Le bois le plus couramment utilisé est le bois de karité, d'un aspect assez huileux.

–  Toutes les photos  perso ont  été prises  fin décembre 2011, début janvier 2012

 

Quant à la situatton de l »art », l’auteur  du blog  « regard éloigné »  justement nous dit, en 2006

 

Ainsi en cherchant à rapprocher le divin de soi, l’homme lobi a produit des statues, destinées à des pratiques cultuelles mais considérées en Occident comme étant de l’art comme c’est le cas de la sculpture africaine de façon générale.

 

 

Nous sommes loin évidemment  et heureusement des « temps coloniaux et missionnaires » où Ces statues et autres objets de culte étaient immédiatement détruits parce que perçus comme des « fétiches »,(objet fabriqué et non divin sens d’artificiel) voire des objets démoniaques.

 

Affirmer le caractère artistique des œuvres, ne devrait pas pourtant nous épargner de nous interroger sur, ce qui fonde l’appréciation des « objets » africains comme produits artistiques. Ce n’est pas parce que les statues africaines garnissent les galeries et musées européens que celles-ci peuvent être dites œuvres d’art. La reconnaissance pratique ne saurait être assimilée à une reconnaissance théorique. La légitimité ne peut consister simplement à être reconnue et proclamée par les « Modernes »» comme si la notion de création allait de soi, recouvrait toujours la même signification pour toutes les civilisations, à toutes les époques et comme si une proclamation de son existence dans un art suffisait à établir la légitimité de cet art.

 

 

Paradoxalement poser cette question et y répondre, devraient justement faire partie de la découverte et du respect de « l’« altérité » le véritable leitmotiv du musée du quai. .Simplement et pratiquement esthétiser les œuvres,c’est oublier les avertissements de M.Leiris fondateur de l’ethno-esthétique et pour qui pourtant l’art africain était  un art parmi les autres :

« Dans une histoire de l’art on ne peut, il va de soi, s’en tenir à la considération des seuls objets […] et les œuvres en question resteraient par ailleurs lettre morte si l’on ne donnait quelque idée des hommes qui le ont produites et de ce qu’ils avaient en tête.

 

 

Et plus encore, ce qu’écrit W.Benjamin de l’œuvre à « l’ère de sa reproductibilité » : À mesure que les œuvres d’art s’émancipent de leur usage rituel, les occasions deviennent plus nombreuses de les exposer.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s