Textes poétiques et d'actualité -nulle part ailleurs !

Jacques Reda – l’Union pour la Préservation des Terrains Vagues


Dans les  « Ruines de paris », Jacques Reda, le poète  et fin connaisseur  du jazz,  semble ironiser sur les espaces inoccupés

dessin: Alphonse Liébert

Appuyé dans cette attitude pensive à mon guidon, je me propose de créer l’Union pour la Préservation des Terrains Vagues. L’U.P.T.V.
Ce poème (si c’en est un) lui servirait de manifeste ou plutôt de préambule, puisque moi je n’entreprendrai rien, ne pouvant être à la fois dans les rues et dans les bureaux de cette ligue. Qu’elle demeure donc une sorte de confrérie elle-même assez vague, sans statuts,
sans cotisations, afin que ni les journaux ni les politiciens ne la dévoient, en dépit de leur utilité pour réfréner les promoteurs. Et au besoin les faire mettre en cabane, chaque fois qu’un de leurs chantiers attaque un ancien terrain vague ou en ouvre un nouveau.

C’est pourtant le seul aspect positif de leurs ravages : entre l’écrasement opéré par les bulldozers et l’érection de ces Résidences qui semblent sortir d’un vieil album à la gloire de Lyautey (si bien que des hectares entiers du Quinzième réalisent l’idéal de béton
colonial de Fès ou de Rabat), un temps quelquefois assez long s’écoule, pendant lequel, à travers les barrières qui se déchaussent, on voit la végétation vigoureuse des ruines qui recroît. Je n’exigerai certes pas qu’on préserve tous les terrains vagues, parce qu’il faut prendre en charge des foules d’errants et d’expulsés, mais je constate que dans certains cas (peu nombreux à vrai dire) on y aménage des succédanés de squares ou de jardins.

Or voilà contre quoi je m’élève, contre quoi proteste le fond insoumis de l’âme de l’homme et sans nul doute du chat. Une moitié au moins de ces espaces devrait être laissée à l’abandon. Avec le danger que représentent ces tasde planches et de plâtre, parfaitement, et l’insalubrité de ces épandages d’immondices et d’eaux sales. Faites à tout hasard piquer vosenfants contre le tétanos, la typhoïde, ils ne s’enhardiront jamais trop. D’ailleurs on aura soin de ne pas abattre les palissades, en tôles et madriers capables de résister cent ans.

Car quelque agrément qu’on éprouve quand on y rôde, le terrain vague se déploie d’abord, entre ces interstices, comme un plan de méditation. La leçon tient dans sa seule présence de sauvagerie maussade, et mieux vaut s’abstenir d’en tirer une doctrine ou de l’art […]. Terrain vague de l’âme et Dieu sait ce qui peut s’y produire, s’y glisser en fait d’ingénus poètes et de criminels. Ainsi travestir le terrain vague en cour de pouponnière, c’est risquer d’offusquer dans l’être la liberté du dieu, négligeant qu’il enseigne, autant qu’une obscure espérance, la solitude et l’effroi de la mort. Point. […]

Cet espace de latence  que souligne  Réda,  est aussi –  sérieusement –  l’espace préservé  de certaines  sociétés,  qui ne voient pas  la nécessité  de surproduire,  de sur-travailler…

du coup ,  je cite un autre passage         du même J Reda

Car plus encore que son aïeul enfoui dans les cavernes, l’homme de l’informatique redoute l’inutilisé.

Les Anciens lui avaient accordé son statut et son code, le peuplant de dieux, et peut-être encombrant d’une autre manière un monde de moindre densité humaine,
mais où chaque étape s’assortissait de salamalecs, péages, bakchichs aux tyrans locaux des sources et des bois.

On subodore d’ailleurs encore leur existence, quand on a la manie de visiter – comme d’autres les églises – les terrains vagues et les chantiers. C’est là qu’en dernier recours se sont réfugiées ces puissances, dans un abrutissement adoucissant leur amertume et leur méchanceté, exaspérées par des siècles de persécutions et puis d’indifférence.

Publicités

Une Réponse

  1. Reblogged this on Poézique-zique, tique et pique- mots et grammes and commented:

    Jacques Reda, nous évoque les espaces insoupçonnés des terrains vagues

    12 février 2012 à 11 h 06 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s